Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Ingénierie

Le Cerema, partenaire de la future Agence nationale de cohésion des territoires, toujours dans la tourmente

Publié le 20/12/2019 • Par Delphine Gerbeau • dans : Actu ingénierie publique, France

Vue du viaduc du Lignon où passe la RN88 depuis le pont de Confolent (commune de Beauzac) © Arnaud Bouissou - Terra
MEDDE - Arnaud Bouissou
Depuis sa création en 2014, le Cerema fait face à une baisse continue de ses crédits et donc de ses effectifs. Le projet de loi de finances pour 2020 confirme cette trajectoire descendante. Les syndicats tirent la sonnette d'alarme, malgré la présentation du plan Cerem'Avenir par le nouveau directeur général Pascal Berteaud.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Créé le 1er janvier 2014, le Cerema regroupe les huit centres d’études techniques de l’équipement (Cete), ainsi que le Certu, le Cetmef et le Setra. Une ingénierie de haut niveau, référence sur certains sujets comme les ouvrages d’art ou les routes, malmenée depuis des années alors que la transition écologique est brandie comme un chantier prioritaire par le gouvernement, tout comme la mise en place d’une offre d’ingénierie pour les territoires via l’Agence nationale de cohésion des territoires.

La loi de finances pour 2020 a en effet une fois de plus confirmé la trajectoire que suit le Cerema depuis 2015 : elle prévoit une baisse de 101 Emplois à temps plein (ETP), soit environ 4% des effectifs, et une baisse de sa subvention pour charge de service public versée par l’Etat de 2,3% , le faisant passer de 201,4 millions d’euros en 2019 à 196,7 millions en 2020. In extrémis, le gouvernement a même fait voter une baisse supplémentaire de 5 millions d »euros du programme 159, qui comprend les financements du Cerema, Météo- France et l’Institut géographique national..

Chute de budget

Entre 2015 et 2020, l’organisme aura perdu 29,6 millions d’euros de budget de la part de l’Etat, et il sera passé de 3152 agents à 2594, selon les chiffres présentés dans le rapport du sénateur Vincent Capos Cannellas, réalisé au nom de la commission des finances dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances.

Le rapporteur note d’ailleurs un signe inquiétant : « La marge de +13 millions d’euros entre la subvention pour charges de service public et la masse salariale exécutée qui existait encore en 2015 deviendra négative de – 3 millions d’euros en 2020 (avec une masse salariale de 197,1 millions d’euros et une subvention pour charges de service public de 194,9 millions d’euros).

Cette situation ancienne avait mené à la démission fin 2017 du président de l’établissement public et maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau, et à celle de son directeur, Bernard Larrouturou. L’arrivée d’un nouveau président, Pierre Jarlier, maire de Saint-Flour, et d’un nouveau directeur général, Pascal Berteaud, n’y a rien changé.

La ligne du gouvernement est toujours la même : l’objectif est que le Cerema développe son offre de services aux collectivités territoriales, pour compenser la baisse de la subvention de l’Etat  -qui représente 83% des ressources de de l’établissement.

Pascal Berteaud, le directeur général, le reconnaît, « les syndicats n’ont pas tort de dire qu’il s’agit d’une cure d’austérité forte. Cependant, les gains issus de la fusion des 11 entités, qui ont permis la création du Cerema, n’ont pas été réalisés : on est passé de 4000 personnes à 2400 d’ici 2022, l’organisation ne peut pas rester la même ».

Un plan qui inquiète

Le directeur général a présenté un plan de réorganisation, « Cerem’avenir », début novembre. Au delà de la réorganisation des fonctions supports, le plan prévoit de concentrer les compétences sur certains sites, alors que jusqu’à maintenant chaque site disposait de l’ensemble de la palette de compétences du Cerema.

Les 14 laboratoires sont particulièrement concernés. Certaines activités étaient présentes sur les 14 sites, et vont être concentrées sur six à dix sites, afin « d’atteindre une taille critique », justifie le directeur général, tout en indiquant que chacun des 14 sites verra des activités maintenues.  » Nous avons identifié les secteurs où nous étions l’offre publique de référence, et nous allons nous désengager des autres activités. Par exemple, sur les ouvrages d’art, secteur sur lequel nous sommes une référence et sur lesquels les enjeux sont criants, nous allons maintenir les effectifs, voire les augmenter. Mais sur la partie chaussée routière nous allons les baisser. Nous avons fait le choix de maintenir l’ensemble des implantations ».

Des agents en souffrance

Pour les agents, la chute est rude. Le site de Saint-Quentin dans l’Aisne compte actuellement 36 agents, il aurait dû passer à moins de 20 en 2022. La mobilisation des agents le 5 décembre dernier pourrait amener la direction à revoir ses prévisions. « On nous vend un plan qui n’est pas un avenir, mais un transfert de nos activités vers le privé. On abandonne certaines activités car elles coûtent cher, mais on ne se demande pas ce qu’elles font économiser aux politiques publiques », analyse Arnaud Ganaye, secrétaire général Force Ouvrière -Cerema.

Le syndicat dénonce le fait que certaines activités dites stratégiques vont aussi perdre des postes : à la Direction territoriale Hauts-de-France, c’est ainsi 5 postes sur 30 qui devraient disparaître dans le domaine des ouvrages d’art. Quant au plan de rigueur sur les labos, il mettrait en danger l’avenir de l’institution, puisque ce sont eux qui font des essais, contribuent aux innovations, qui vont ensuite alimenter les études et prestations aux collectivités territoriales.

Un nouveau marché difficile à conquérir

Justement, le développement des prestations aux collectivités territoriales est le grand enjeu pour le Cerema, difficile à concrétiser du fait des grosses résistances de l’administration centrale qui aurait voulu garder l’outil à sa main. Aujourd’hui les prestations aux collectivités représentent environ 10 millions, sur un budget de 240 millions, elles devraient passer à 12 ou 13 millions en 2020, et c’est l’un des points fondamentaux du plan Cerem’Avenir que de développer ce volet d’activités.

D’autant que la création de l’Agence nationale de cohésion des territoires au 1er janvier prochain pourrait être un frein à ce développement de nouvelles ressources. S’il avait été un temps envisagé d’intégrer le Cerema au sein de l’ANCT, la loi du 22 juillet 2019 a prévu que le Cerema serait lié à l’ANCT par une convention qui définira des modalités de coopération. Cette convention n’est pas encore concrétisée, mais il s’agira pour le Cerema de limiter au maximum la gratuité de l’offre des prestations apportées aux collectivités locales…

Notes

Note 01 o?"":"no-")+"fn-start",[f.now(),r,o],e),o)try{return n.apply(this,arguments)}catch(t){throw c.emit("fn-err",[arguments,this,t],e),t}finally{c.emit("fn-end",[f.now()],e)}}}};a("actionText,setName,setAttribute,save,ignore,onEnd,getContext,end,get".split(","),function(t,n){h[n]=o(p+n)}),newrelic.noticeError=function(t,n){"string"==typeof t&&(t=new Error(t Retour au texte

Note 02 new Date).getTime(),s Retour au texte

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Covid : nouveaux enjeux, nouvelles mobilités

de La Rédaction de la Gazette des communes avec le soutien de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le Cerema, partenaire de la future Agence nationale de cohésion des territoires, toujours dans la tourmente

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement