Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

fret maritime

Le torchon brûle entre le département de Seine-Maritime et l’armateur LD Lines

Publié le 13/05/2011 • Par Patrick Bottois • dans : Régions

Héritier malgré lui du service transmanche reliant Dieppe à Newhaven (Angleterre) et de deux navires, le Côte d’Albâtre et le Seven Sisters, achetés par l’ex-majorité pour sauver la ligne et ses emplois, le département PS de Seine-Maritime se fâche avec son prestataire en délégation de service public (DSP), l’armateur LD Lines.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Ce dernier a décidé de laisser à quai le Côte d’Albâtre, estimant que la double rotation quotidienne d’un bateau suffit à assurer le service auquel il s’est engagé dans la DSP.

La collectivité qui va devoir, en plus des 14,5 millions d’euros annuels de DSP, payer 9 000 euros par jour à LD Lines pour la garde du bateau, veut, elle, qu’il soit utilisé pour une troisième rotation quotidienne.

« L’offre de rotation étant l’une des clefs de la réussite en matière de fret maritime », soutient Didier Marie, président du département et du syndicat mixte pour la promotion du transmanche à Dieppe (SMPT).
« Je n’ai pas accepté cette décision unilatérale de laisser un navire à quai et j’ai demandé à de multiples reprises à LD Lines d’étudier la faisabilité d’une troisième traversée dans les mêmes conditions financières que celles de la DSP. Notre demande se solde aujourd’hui par une fin de non-recevoir et LD Lines réclame de 5 à 7 millions d’euros de plus par an pour rétablir une traversée supplémentaire avec ce navire ».
Une proposition irrecevable pour le président.

Cabinet d’expertise — La collectivité a donc décidé de faire appel au cabinet d’expertise Ernst & Young pour étudier différentes solutions pour régler le problème, y compris par la rupture unilatérale ou bilatérale de la DSP qui court jusqu’en 2014.

Régions

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Education : soutenir et protéger les enfants et les agents

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le torchon brûle entre le département de Seine-Maritime et l’armateur LD Lines

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement