logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/654685/caroline-cayeux-elue-presidente-de-lagence-nationale-de-la-cohesion-des-territoires/

AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE
Caroline Cayeux élue présidente de l’Agence nationale de la cohésion des territoires
Hervé Jouanneau | France | Publié le 13/12/2019 | Mis à jour le 16/12/2019

A l'occasion de sa première réunion, le conseil d'administration de l'Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT) a élu le 12 décembre à sa présidence Caroline Cayeux, présidente de Villes de France et maire de Beauvais, et à sa vice-présidence Vanik Berberian, président de l’Association des maires ruraux de France et maire de Gargilesse-Dampierre.

Cayeux ANCTAlors qu’elle doit officiellement voir le jour le 1er janvier 2020, l’Agence nationale de la cohésion des territoires a désormais un visage. Celui de Caroline Cayeux, élue le 12 décembre à main levée à la tête de l’Agence à l’occasion de la première réunion de son conseil d’administration.

Au côté du préfet Le Breton, commissaire général à  l’égalité des territoires et probable futur directeur de l’Agence, la maire DVD de Beauvais et présidente de l’association Villes de France, dont la candidature était pressentie, s’est dite « « heureuse et honorée » et s’est félicitée de l’élection à la vice-présidence de  Vanik Berberian, maire de Gargilesse-Dampierre (Indre) et président de l’association des maires ruraux de France.

« Travailler avec vous est un plaisir qui symbolise une alliance des petites et moyennes villes de France », s’est réjouie la nouvelle présidente, très active dans le portage du programme « Action cœur de ville » qui sera dorénavant piloté par l’ANCT.

« La cohésion des élus »

Caroline Cayeux s’est également attachée à rassurer les élus réticents, dont certains, au cours des dernières semaines, ont fustigé une « coquille vide » sans moyens [6]. « La cohésion des territoires passe d’abord par la cohésion des élus locaux, là est l’enjeu de cette Agence » souligne-t-elle, se disant déterminée « à mener à bien l’action de cette agence, avec la création d’une aide et de conseil aux élus qui incarnent au quotidien leurs territoires, dans leur diversité ».

En somme, conclut-elle, « c’est une nouvelle relation des territoires avec l’État qui se met en place. Nous voulons leur apporter les moyens de la réussite locale, les clés du développement de leurs projets ».

Quid du calendrier ?

Cette première réunion du conseil d’administration a également donné l’occasion d’adopter le budget initial de 75 millions d’euros, dont sera dotée l’Agence en 2020. Une enveloppe qui flèche d’ores et déjà 10 millions d’euros à des dépenses d’ingénierie au profit des territoires.

Les 33 membres ont également entériné le règlement intérieur du conseil d’administration.

Reste maintenant à connaître le calendrier de travail de cette ANCT, qui, attendue depuis plus de deux ans et demi, va se heurter aux échéances électorales de 2020 et au renouvellement des mandats municipaux. Premier chantier, et pas des moindres : celui des ressources humaines avec la fusion au 1er janvier du CGET, de l’Epareca et de l’Agence du numérique. [7]

Une « fabrique à projets » selon Jacqueline Gourault

Alors que le conseil d’administration de l’ANCT désignait sa présidente, les représentants du gouvernement ont vanté l’ambition de cette nouvelle entité administrative qui sera chargée de piloter les grands programmes  territorialisés (Action Cœur de Ville, France Services, Territoires d’industrie, France Très Haut Débit…), de développer une ingénierie au service des collectivités et de mettre en œuvre les contrats liant l’Etat et les territoires.

Pour la ministre de la cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, « Après quarante ans de décentralisation, l’État doit être moins prescripteur et davantage facilitateur pour permettre aux collectivités de mener à bien leurs projets. En ce sens, l’Agence nationale de la cohésion des territoires est d’abord une « fabrique à projets » ».

De même, selon Julien Denormandie, « en faisant converger l’action des opérateurs, l’Agence nationale de la cohésion des territoires constitue un levier puissant pour accélérer la transformation des quartiers de la politique de la ville et améliorer les conditions de vie de leurs habitants ».

POUR ALLER PLUS LOIN