logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/6541/champagne-ardenne-budget-2009-stabilite-a-epernay-avec-moins-de-recettes/

FINANCES
Champagne-Ardenne. Budget 2009 : stabilité à Epernay avec moins de recettes
Frédéric Marais | Actualité Club finances | Régions | Publié le 20/01/2009

La ville d’Epernay (Marne) a adopté son budget primitif 2009 le 14 janvier. Celui-ci s’élève à 54,34 millions d’euros, dont 42 millions d’euros pour la section de fonctionnement et 12,34 millions d’euros pour la section d’investissement. Il convient d’y ajouter la somme de 3,23 millions d’euros au titre des budgets annexes.

En volume global, le BP 2009 est quasiment identique au BP 2008, avec une progression des dépenses de fonctionnement limitée à 2,3% et une diminution de 9,33% des dépenses d’investissement. Les dépenses d’équipement proprement dites passeront d’un peu plus de 8 millions d’euros en 2008 à un peu moins de 7 millions d’euros en 2009.

Epernay a dû composer son budget avec une perte de recettes de l’ordre de 450 000 euros, due en particulier au ralentissement du marché de l’immobilier, qui se traduit par un recul des recettes provenant de la taxe additionnelle aux droits de mutation, et au désengagement de l’Etat, marqué par un reflux de la DGF et de la compensation d’exonération de TP.

En conséquence, la ville s’est contrainte à poursuivre son effort d’autofinancement (+1,4%), à limiter son niveau d’emprunt à 4,3 millions d’euros, le tout sans procéder à une augmentation des taux d’imposition. «Après deux ans de baisse, nous pensions initialement poursuivre leur diminution, explique le maire d’Epernay, Franck Leroy, mais le contexte nous oblige à faire preuve de prudence en la matière.»

Les efforts de la commune porteront sur le social, pour permettre notamment l’ouverture d’une épicerie sociale ; sur les équipements publics, avec la construction d’un dojo et d’une médiathèque de proximité ; sur la voirie et le développement durable, avec l’extension du réseau cyclable, l’acquisition de véhicules propres pour les services municipaux et la modernisation de l’éclairage public afin de réduire la consommation électrique.