logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/654031/en-foret-des-arbres-plus-meridionaux-plantes-pour-faire-face-au-changement-climatique/

DÉVELOPPEMENT DURABLE
En forêt, des arbres plus méridionaux plantés pour faire face au changement climatique
Véronique Duvivier | Innovations et Territoires | Publié le 27/12/2019 | Mis à jour le 10/12/2019

Le changement climatique a déjà des conséquences sur les forêts : dépérissement, modification des aires de répartition des essences…b Toutes les communes du Territoire de Belfort sont forestières et tirent donc des revenus de l’exploitation du bois. Elles constatent l’impact des sécheresses successives. Soutenues par le département, les communes choisissent une parcelle où l’Office national des forêts plante de nouvelles essences d’arbres d’origine plus méridionale.

Jean-Paul Granger ne cache pas sa fierté. « Nous sommes la première collectivité en France à avoir lancé une expérimentation pour la création d’un réseau de parcelles en vue de tester de nouvelles essences d’arbres plus adaptées au changement climatique », se félicite le responsable adjoint de la direction de l’agriculture, de l’environnement, du risque et du développement durable du Territoire de Belfort. Cette expérimentation est le fruit d’une convention signée par le département, l’Association départementale des communes forestières du Territoire de Belfort et l’ONF nord Franche-Comté, sur la période 2018-2022.

Vingt-deux communes, sur les 102 du département, ont répondu à l’appel à manifestation d’intérêt lancé à l’automne 2018. Cèdres de l’Atlas, tulipiers de Virginie, chênes sessiles en provenance de Poitou-Charentes, aulnes de Corse, pins laricio de Calabre… 4 000 arbres ont déjà été plantés l’hiver dernier par l’ONF, autant le seront dans les semaines qui viennent en fonction de leurs disponibilités. Il n’existe qu’une quinzaine de pépinières forestières en France.

Hêtres et frênes très touchés

« Les élus du département ont délibéré début octobre en faveur d’un nouvel ...

CHIFFRES CLES

  • Financement : subvention du département de 5 000 € à l’Association départemen-tale des communes forestières pour l’animation du réseau et de 2 500 € à chaque commune bénévole, ce qui couvre la moitié de l’achat de plants.

  •  11 000 communes forestières sont propriétaires de 2,9 millions d’hectares d’arbres, soit 63 % de la surface des forêts publiques françaises. L’exploitation du bois représente, en moyenne, entre un quart et un tiers de leur budget.


POUR ALLER PLUS LOIN