Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Eau

La recharge artificielle de nappes phréatiques, un potentiel à exploiter

Publié le 26/12/2019 • Par Alexandra Delmolino • dans : Innovations et Territoires, Régions

Water level indicator
PR@JiT L./Adobestock
L’eau est une ressource vulnérable. Pouvoir la stocker en sous-sol ou favoriser l’infiltration d’eaux en ville sont autant de pistes à explorer pour la préserver. Les collectivités, les agriculteurs et les industriels qui se partagent les usages de l’eau sur un territoire peuvent trouver un intérêt dans cette pratique. La nappe est réalimentée par injection directe ou par infiltration avec des eaux de surface, des eaux pluviales, d’orage ou des eaux usées traitées.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Précieux réservoirs d’eau, les nappes phréatiques sont rechargées naturellement par les pluies durant les quatre à cinq mois d’hiver. Mais le changement climatique devrait ralentir le niveau de recharge de 10 % à 30 % d’ici à 2070, selon le BRGM. « La gestion durable des eaux souterraines doit permettre de prélever au plus juste dans un contexte de stress hydrique et de pressions d’usages croissants », estime Nathalie Dörfliger, directrice du programme « eaux souterraines et changement global » au BRGM.

Pour mieux connaître ces nappes, il faut réaliser une surveillance élargie en suivant la qualité de l’eau et les débits prélevés et en modélisant leur sensibilité aux variations climatiques, en utilisant un modèle spatialisé ou local. Ces outils d’aide à la décision peuvent orienter les choix des collectivités dans la recharge artificielle de nappes. Déjà répandu dans les Etats soumis à de fortes sécheresses (Australie, Californie, Espagne), ce dispositif est rare en France. Le groupe Suez l’a mis en œuvre entre 1960 et 1980 pour quelques villes des Yvelines et pour le syndicat des eaux du Dunkerquois dans un objectif de sécurisation de l’alimentation en eau potable face à des nappes surexploitées et/ou polluées. Idem au Grand Lyon qui l’utilise sur un champ captant. La réinfiltration d’eaux superficielles en nappe est alors intégrée à la filière de potabilisation et permet de soutenir le niveau de la nappe.

Recharge par infiltration

L’avantage du stockage souterrain de l’eau est

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Covid : nouveaux enjeux, nouvelles mobilités

de La Rédaction de la Gazette des communes avec le soutien de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La recharge artificielle de nappes phréatiques, un potentiel à exploiter

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement