logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/653954/les-regions-de-plus-en-plus-ambitieuses-en-matiere-denergie/

[OPINION] ENERGIE
Les régions de plus en plus ambitieuses en matière d’énergie
Auteur associé | France | Opinions | Publié le 23/12/2019 | Mis à jour le 10/12/2019

Dans le cadre d’une étude menée par Enedis, en collaboration avec le cabinet Acadie, nous avons souhaité étudier la manière dont les régions se sont saisies des sujets énergétiques et climatiques, partie intégrante des schémas régionaux d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires.

1_Impulser-energie

Dans le cadre d’une étude menée par Enedis, en collaboration avec le cabinet Acadie, nous avons souhaité étudier la manière dont les régions se sont saisies des sujets énergétiques et climatiques, partie intégrante des Sraddet. Parmi les nombreux domaines couverts par les Sraddet, celui des objectifs de lutte contre le changement climatique sera l’un des plus observés. Sans y être liés juridiquement, les Sraddet ont notamment été pensés pour s’articuler de façon cohérente avec les objectifs de lutte contre le dérèglement climatique énoncés par la loi de transition énergétique pour la croissance verte du 17 août 2015. Considérant, par exemple, les objectifs de baisse de la consommation énergétique finale, les sept régions étudiées reprennent à leur compte l’objectif national de baisse de 50 % à l’horizon 2050, à l’exception de Centre – Val de Loire qui se fixe un objectif légèrement inférieur.

Les objectifs régionaux de croissance des énergies renouvelables constituent un autre point notable. D’une manière générale, en ce qui concerne les énergies renouvelables « traditionnelles » (éolien et photovoltaïque), notre première analyse met en évidence le caractère globalement ambitieux des objectifs des Sraddet, le plus souvent supérieurs aux objectifs nationaux, mais avec des stratégies différenciées tirant parti des ressources naturelles disponibles et tenant compte des situations actuelles (certaines régions visant à rattraper un « retard », d’autres estimant qu’elles ont atteint un seuil maximal).

Eolien terrestre

Dans le domaine des énergies renouvelables « émergentes », les régions affichent des convergences (filière hydrogène combinée avec les transports verts, par exemple), mais aussi des volontés de spécialisations : méthanisation pour Auvergne – Rhône-Alpes, Hauts-de-France et Nouvelle-Aquitaine, bois-énergie pour Grand Est et Auvergne – Rhône-Alpes. D’une manière générale, en matière d’objectifs énergie-climat, ce sont de véritables politiques régionales, toutes lisibles, cohérentes et argumentées qui s’esquissent pour la première fois au travers des projets de Sraddet sous une forme plus ou moins explicite selon la personnalité des exécutifs régionaux.

S’agissant de l’éolien terrestre, toutes les régions étudiées ont affiché, à l’horizon 2030, un objectif de croissance supérieur à celui de la PPE (facteur 3), aux exceptions notables des Hauts-de-France et de la Normandie. Parmi les plus « ambitieuses », la région Paca, qui affiche à ce jour le chiffre très faible de 99 gGWh produits, se fixe l’objectif d’un facteur 16 à l’horizon 2030 pour se placer à un niveau comparable à celui des autres régions. Déjà puissamment dotée (1 792 GWh produits en 2018), la région Nouvelle-Aquitaine, en ambitionnant un facteur 6, deviendrait, en 2030, la première région d’éolien terrestre.

En matière d’électricité photovoltaïque, la PPE fixe, pour 2030, un objectif de facteur 5. Toutes les régions (sauf la Normandie, dont l’objectif est un facteur 2) visent des objectifs supérieurs. On relève notamment la région Hauts-de-France, qui affiche un facteur 12 pour se placer dans les premières régions photovoltaïques de France (notamment en utilisant des terrains favorables non propices à l’agriculture), la région Centre – Val de Loire (facteur 8) et surtout la région Paca qui, avec un facteur 9, deviendrait de loin, en 2030, la première région photovoltaïque.

POUR ALLER PLUS LOIN