Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

[Opinion] Radicalisation

Le maire face au risque terroriste

Publié le 09/12/2019 • Par Auteur associé • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu prévention sécurité, France, Opinions

Chantal Cutajar Strasbourg
Ville de Strasbourg
Un an après la tuerie du marché de Noël de Strasbourg qui avait fait quinze victimes, la ville s'apprête commémorer l'événement le 11 décembre. Dans une tribune publiée par la Gazette, Chantal Cutajar, adjointe au maire en charge des politiques de prévention de la radicalisation et d’aide aux victimes, estime que le rôle des maires pour accompagner leurs concitoyens sur le chemin de la résilience est primordial. Elle appelle aussi les élus et les professionnels à travailler davantage ensemble pour lutter contre la radicalisation.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Le 11 décembre 2019, Strasbourg commémorera pour la première année l’attentat qui a endeuillé notre Ville et plongé l’ensemble de la population dans l’effroi. Au lendemain des attentats de Paris du 13 novembre, la question qui me taraudait n’était plus tant de savoir si un attentat pouvait être commis à Strasbourg mais quand ?

La décision fût prise d’anticiper, de tenter de prévoir l’inimaginable pour venir en aide aux victimes si le pire devait advenir. J’ai placé, au cœur de notre action la primauté du principe de bientraitance des victimes et d’un accompagnement de l’instant T à la complète réparation et je savais, après le retour d’expérience organisé avec la Ville de Paris et l’association Paris aide aux victimes, combien le chemin qui y mène serait long et difficile pour elles. Cette anticipation nous a permis de positionner la Ville en tant que véritable partenaire de l’Etat et non comme un prestataire de service, comme cela est trop souvent le cas notamment en matière de coproduction de sécurité. L’identification du lieu pour accueillir le Centre d’accueil des familles (CAF), son équipement et la mise à disposition des agents de la collectivité volontaires a permis de l’ouvrir dès le 12 décembre à 7 h pour y accueillir les victimes, les familles, les personnes impactées d’une manière ou d’une autre. Une semaine passée sans discontinuer dans ce lieu à intervenir aux endroits où les dispositifs institutionnels n’avaient rien prévu m’a convaincue de l’importance du rôle de la municipalité sur le chemin de la résilience. Nous avons également identifié et mis à disposition l’EIA, l’espace d’information et d’accompagnement des victimes, qui regroupe dans une unité de lieux  l’ensemble des intervenants auprès des victimes pour les accompagner dans leur long chemin vers la réparation. L’expérience de Strasbourg devrait servir les autres villes parce que nul n’est à l’abri et que nos concitoyens ont besoin d’être rassurés, de savoir que le Maire, est présent, avec eux dans les moments les plus difficiles.

Dans le même temps nous avons engagé une politique volontariste de prévention de la radicalisation djihadiste, ce poison qui s’attaque à la cohésion sociale, au lien d’humanité qui nous unit toutes et tous au-delà de nos différences et qui seul, nous permet de vivre ensemble dans le respect et la solidarité des uns envers les autres.

La complexité du phénomène rend sa détection difficile même s’il est aisé, a posteriori, de reconstruire le parcours du terroriste. L’appel à « la Nation toute entière » du Président de la République après l’attentat de la préfecture de police à « s’unir, se mobiliser pour agir » interroge. Agir, certes, mais comment et pour faire quoi ? L’indignation provoquée par l’envoi à la communauté universitaire de Cergy d’un fichier Excel sur les «signaux faibles liés au comportement d’une personne connue» visant à détecter les personnes susceptibles d’être en cours de radicalisation est légitime. Tout d’abord, osons dire que les signaux faibles sont un fantasme. Les experts autoproclamés sont bien en peine d’en donner une définition. En revanche certains comportements doivent alerter et être analysés dans un cadre multipartenarial pour qu’il soit décidé d’une prise en charge adéquate des personnes concernées. C’est dans ce but que nous avons institué des réseaux d’acteurs du territoire : enseignants, animateurs sportifs, représentants des cultes, assistants sociaux, éducateurs, animateurs des centres socio-culturels etc…  Les membres ont suivi ensemble une action de formation reposant sur des mises en situation à partir de cas concrets dans le but de reconnaître les comportements de la radicalisation menant à la violence mais au-delà, dans un objectif de prévention primaire, de prendre conscience de la nécessité de travailler ensemble, de croiser les informations détenues par les différents professionnels intervenant auprès d’une personne pour assurer sa prise en charge le plus tôt possible et éviter qu’elle ne sombre dans des formes extrêmes de radicalisation.

Finalement, « d’une grande complexité une grande simplicité émerge ». Ces mots de Winston Churchill raisonnent particulièrement juste dans le combat contre la radicalisation qui nécessite d’unir nos compétences pour dépasser le cloisonnement dans lequel les professionnels sont trop souvent enfermés. »

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le maire face au risque terroriste

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement