Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Dialogue social

Que faire quand les conflits viennent de la base

Publié le 20/12/2019 • Par Françoise Sigot • dans : A la Une RH, France, Toute l'actu RH

Group of miniature people over white background standing in line
Wisiel - stock.adobe.com
Construits sur des revendications souvent très pragmatiques et catégorielles, les mouvements sociaux portés par des petits groupes tentent de prendre le dessus sur le dialogue social normalisé. Des solutions émergent.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

On savait le dialogue social bouleversé par les transformations sociétales, alourdi par des instances plus toujours adaptées aux situations nouvelles, voire caricaturé par certaines de ses parties prenantes. Et voilà qu’à ces signaux d’essoufflement s’ajoute un phénomène nouveau, en tout cas devenu visible : les revendications et les conflits portés par la base.

Certes, rares sont les DRH des collectivités qui n’ont jamais vu une poignée d’individus faire le forcing à la porte de leur bureau pour brandir des exigences corporatistes, mais ces épiphénomènes rentraient jusque-là vite dans le schéma classique du dialogue social. Or, plusieurs mouvements récents montrent que la « normalisation » et la gestion de ces conflits issus de la base semblent de plus en plus délicates.

Des agents désorientés

Fin 2018, le  du Rhône SDMIS 69 , métropole de Lyon et département du Rhône, 1 600 agents) a connu un mouvement de grève porté par quelques agents travaillant dans une même caserne, et réclamant la création de 300 postes. « Tout ceci est parti d’un petit groupe et les réseaux sociaux ont été un accélérateur », analyse le contrôleur général Serge Delaigue, directeur départemental et métropolitain du SDMIS.

Trois mois ont été nécessaires pour venir à bout de ce conflit parfois violent. « Les revendications étaient irréalistes. Les organisations syndicales étaient prises entre ce mouvement soudain et les élections professionnelles qui approchaient. Les agents étaient désorientés. Ce mouvement laisse encore des traces aujourd’hui », reconnaît-il.

Ne jamais perdre de vue l’intérêt ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Que faire quand les conflits viennent de la base

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement