Déchets

Financement de la collecte des ordures ménagères – redevance incitative

Par • Club : Club Techni.Cités

Le Grenelle I impose la mise en place d’une part variable incitative dans la REOM et TEOM.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Afin de financer la gestion du service public local des déchets ménagers et assimilés, les collectivités territoriales compétentes et leurs groupements ont la possibilité d’utiliser leur budget général, ou de mettre en place, soit une redevance d’enlèvement des ordures ménagères (REOM), soit une taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM).

La REOM concerne à ce jour environ un habitant sur dix. Les collectivités trouvent généralement plus aisé de recourir à la TEOM, son recouvrement étant assuré par l’administration fiscale, alors qu’elles doivent assurer elles-mêmes, souvent par l’intermédiaire d’un délégataire privé, la gestion de la REOM.

La loi du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en oeuvre du Grenelle de l’environnement, dite « loi Grenelle I », impose aux collectivités territoriales compétentes la mise en place d’une part variable incitative dans la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM) et dans la redevance d’enlèvement des ordures ménagères (REOM).

La redevance incitative ne constitue qu’une variante de la REOM, prévue à l’article L. 2333-76 du code général des collectivités territoriales, et déjà mise en oeuvre par certaines collectivités à ce jour.
Dans le cadre de la REOM classique, le montant facturé à l’usager n’est pas calculé en fonction de la quantité de déchets qu’il a produite, mais correspond à une quantité moyenne de déchets produite par le type d’usagers auquel il appartient, en fonction du nombre de personnes que compte son foyer, la taille de l’habitation ou le volume des déchets.

La redevance incitative est quant à elle, une REOM dont le montant varie en fonction de l’utilisation réelle du service par l’usager, puisqu’elle se compose d’une part fixe couvrant les dépenses correspondant aux coûts fixes du service et d’une part variable, liée à la quantité de déchets produits par l’usager.
L’expérimentation de la part variable dans la TEOM est organisée par la loi du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement, dite loi « Grenelle II ».
Dans son article 195, elle permet aux personnes publiques disposant de la compétence d’élimination des ordures ménagères d’instaurer à titre expérimental, pendant une durée de cinq ans à compter de la publication de la loi, une TEOM composée d’une part variable, sur tout ou partie de leur territoire. Cette part variable est calculée en fonction du poids ou du volume des déchets, et peut également tenir compte des caractéristiques de l’habitat ou du nombre de résidents.

Les modalités techniques de mise en oeuvre de la TEOM incitative sont actuellement en cours d’examen par les services des ministères de l’écologie, des finances et de l’intérieur. Une fois opérationnelle, la TEOM incitative permettra donc aux collectivités compétentes d’introduire un système incitatif et responsabilisant, tout en conservant les facilités de gestion d’une taxe.

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP