Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

hébergement

Bilan d’étape mitigé pour les SIAO

Publié le 12/05/2011 • Par Sophie Le Gall • dans : France

La journée thématique nationale organisée mardi 10 mai 2011 par la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale (Fnars) a permis de dresser un premier bilan de la mise en place des Services intégrés de l’accueil et de l’orientation, pilier de la refondation de l’accueil des personnes sans abri et mal logées.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Nous sommes à la croisée des chemins », a indiqué Nicole Maestracci, présidente de la Fnars, en ouverture de cette journée d’étude du 10 mai qui a rassemblé associations et agents des collectivités locales, acteurs de l’accueil des mal logés.
« Nous ne pouvons pas revenir en arrière tout en constatant les difficultés à mettre en œuvre les SIAO », a-t-elle analysé.

Lancés en novembre 2009 par Benoist Apparu, secrétaire d’Etat chargé du Logement, dans le cadre du grand chantier national 2008-2012 qui vise à refonder la politique d’hébergement, les SIAO ont pour mission d’assurer, selon le secrétaire d’Etat, « la continuité de la prise en charge », une « égalité face au service rendu » et « une adaptabilité des prestations aux besoins des personnes ».

Opérateur unique – Concrètement, chaque SIAO est conçu comme une plate-forme unique de mise en relation de l’ensemble de la demande et de l’offre, au niveau départemental.
Toute place disponible doit lui être signalée et un référent unique doit accompagner le bénéficiaire jusqu’à une solution de logement pérenne. Le SIAO est géré par un seul opérateur, par exemple un CHRS, choisi collégialement par l’ensemble des structures ou désigné par la préfecture.

Alors que le calendrier officiel prévoyait une mise en place sur l’ensemble du territoire au plus tard au 15 septembre 2010, le secrétariat chargé du Logement indique que, en mars 2011, 99 départements avaient ouvert un SIAO et que 68 étaient « en capacité de centraliser les demandes ».

Retard accru en Ile-de-France — De son côté, la Fnars, partenaire de l’Etat sur ce chantier, recense une quarantaine de départements ayant désigné un opérateur, avec un retard accru en Ile-de-France, qui concentre pourtant un grand nombre de mal logés.

De plus, Nicole Maestracci a dénoncé « un déficit de gouvernance » qui se traduit par un « budget dévolu à l’hébergement d’urgence en baisse », ainsi que la difficulté à appliquer une réforme « avec des agents en état de malaise au travail », faisant référence « aux dégâts causés par la RGPP ».
« L’exigence de transparence en matière de nombre des places a entraîné une exigence de transparence des pratiques pour l’ensemble des professionnels impliqués, ce qui a, parfois, été source de controverse », a-t-elle ajouté.
« Le risque est de mettre en place une usine à gaz technologique qui ne remplirait pas l’objectif d’amélioration que nous nous sommes fixé », a averti la présidente de la Fnars.

114 000 places gérées par l’Etat — Invité à dresser un bilan de son action, Alain Régnier, préfet délégué interministériel pour l’hébergement et l’accès au logement des personnes sans abri ou mal logées, en charge du dossier SIAO, a préféré mettre en avant les chiffres, selon lui très positifs, de la création de places d’hébergement gérées par l’Etat.
Il s’est félicité que « l’on soit passé de 55 000 places en 2005 à 114 000 places à l’heure actuelle ».

Néanmoins, le délégué interministériel a convenu que plusieurs points d’interrogation restaient en suspens, comme le sort réservé aux personnes sans-papiers qui, du fait de leur statut, ne peuvent pas bénéficier d’une solution de logement pérenne.

« Si dans deux ans il y autant de personnes vivant à la rue qu’aujourd’hui, nous aurons échoué et l’Etat devra prendre sa part des responsabilités », a conclu la présidente de la Fnars.  

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Bilan d’étape mitigé pour les SIAO

Votre e-mail ne sera pas publié

CSAI

12/05/2011 03h35

En ce moment même jeudi 12 mai 2011 à 16H15, l’attaché parlementaire du Député BAPT visite Corinne IBANEZ 45 rue Gatien Arnoult TOULOUSE http://csai.wifeo.com/

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement