logo
DOSSIER : Ville du futur : à la une
Dossier publié à l'adresse https://www.lagazettedescommunes.com/653121/de-lurgence-a-lespoir/

[EDITORIAL]
De l’urgence à l’espoir
La Rédaction | Dossiers d'actualité | Publié le 04/12/2019 | Mis à jour le 05/12/2019

En 2050, c'est-à-dire demain, 70 % de la population vivra dans des zones urbaines. Il faudra lui proposer des innovations « à visage humain », pour que ces gigantesques espaces collectifs incarnent l'espoir - et non la démesure.

couv_AdobeStock_260201773 [1]Innovations « à visage humain ». Elles sont le futur de l’humanité. En 2050, c’est-à-dire demain, 70 % de la population vivra dans des zones urbaines, contre environ 50 % aujourd’hui. Un bouleversement démographique majeur, alors même que la planète est confrontée à un déficlimatique vital.

Aux centaines de millions de femmes et d’hommes qui viendront peupler les cités de demain, il faudra proposer des innovations « à visage humain », pour que ces gigantesques espaces collectifs incarnent l’espoir – et non la démesure.

Enquête exclusive. Déjà, acteurs publics et privés œuvrent pour bâtir des cités résilientes, inclusives, économes, sûres. C’est l’objet de ce nouveau numéro de la Ville du futur, réalisé par les journalistes de quatre grandes rédactions, « La Gazette des communes », « Le Moniteur », « L’Usine Nouvelle » et « L’Usine Digitale » que de vous présenter les ambitions et les réalisations que portent entreprises et collectivités. Pour la deuxième année consécutive, nous avons mené une enquête exclusive auprès de 600 d’entre elles (lire page 10).

Publiques ou privées, les organisations souhaitent majoritairement déployer une démarche écologique. Salutaire prise de conscience ! Mais il ne faudra pas se contenter des bonnes intentions : notre étude révèle aussi que l’écrasante majorité des entreprises (BTP et industrie) juge que les collectivités ne sont pas assez préparées pour mener des projets de ville du futur.

L’or numérique. Le carburant de la ville de demain, ce sont les grosses données, que de plus en plus de collectivités estiment être en mesure d’exploiter, et qui sont indispensables pour bâtir nos services collectifs de demain. Mais gare à la mainmise que sont tentés d’exercer des groupes privés sur ce trésor numérique ! « Nous ne souhaitons pas nous substituer aux pouvoirs publics », assure, de son côté, Wilfrid Petrie, directeur général adjoint d’Engie, entreprise fortement engagée dans le marché de la ville de demain (lire page 6).

Répétons-le : seule l’union fructueuse des acteurs publics et privés permettra de bâtir des villes innovantes et ouvertes à tous.

POUR ALLER PLUS LOIN