Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Gestion de l'eau

Quand Toulouse, Lyon et Nantes influencent le syndicat des eaux francilien

Publié le 02/12/2019 • Par Arnaud Garrigues • dans : Actualité Club finances, actus experts technique, France

une-eau
stockphoto-graf - Fotolia
Les collectivités aiment s'inspirer les unes des autres lorsqu'elles ont de grandes décisions à prendre. C'est le cas du Syndicat des eaux d'Île-de-France (Sedif) qui a demandé aux métropoles de Nantes, Toulouse et Lyon de leur faire un retour d'expérience lors d'un colloque organisé le 22 novembre 2019 à Paris. Deuxième volet de notre article consacré à ce sujet.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Après le cas de la métropole de Nantes (lire notre premier article), c’est celui de Toulouse métropole qui a été abordé lors du colloque du Sedif du 22 novembre, avec un retour d’expérience très intéressant sur le choix du mode de gestion. Public ou privé ? Beaucoup d’encre a coulé sur ce sujet, dans la presse locale du sud-ouest. Une compétition a bien eu lieu avec au final un net vainqueur.

La métropole toulousaine a pris les compétences eau et assainissement en 2009, puis a cherché à harmoniser les contrats, les prix de l’eau et les modes de gestion. « On avait de tout : affermage, concession, régie directe, contrat d’exploitation, achat d’eau », explique Thierry Bauchet, son directeur général des services techniques (DGST). Sur les 37 communes, il y avait 35 tarifs et des prix variant ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Gazette pendant 30 jours

J’en profite
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quand Toulouse, Lyon et Nantes influencent le syndicat des eaux francilien

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement