Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Sécurité civile

Le Sénat rejette le budget de la sécurité civile

Publié le 29/11/2019 • Par Mathilde Elie • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu prévention sécurité, Actualité Club finances, France

Sénat vote pjl FP 27 juin 2019
Capture vidéo site Sénat
Dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances 2020, les sénateurs ont rejeté par deux fois le budget de la sécurité civile. Pour leur vice-présidente Catherine Troendlé, il n’est pas à la hauteur des besoins, alors que les sapeurs-pompiers dénoncent un système à bout de souffle.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« La sécurité civile est devenue le parent pauvre de la sécurité. » Que ce soit en commission des lois ou en séance publique, face au ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, Catherine Troendlé, vice-présidente du Sénat insiste : le budget alloué à la sécurité civile pour 2020 n’est pas à la hauteur des besoins.

Dans son avis rendu à la commission des lois, la sénatrice du Haut-Rhin, également présidente du Conseil national des sapeurs-pompiers volontaires (CNSPV), et vice-présidente de la Conférence nationale des services d’incendie et de secours (CNSIS) souligne un budget stagnant, « décevant », qui représente à peine 2,5% des crédits alloués à la mission « sécurités ».

Le projet de de finances 2020 prévoit ainsi 519,47 millions d’euros, contre 532,12 millions d’euros en 2019. Insuffisant selon la sénatrice, tandis que les attentes et les besoins de la sécurité civile sont prégnants. Pour rappel, à l’initiative d’une intersyndicale, une partie des sapeurs-pompiers sont en grève depuis le début de l’été. Ils revendiquent une revalorisation salariale et une meilleure reconnaissance de leur travail.

 

Parmi les préoccupations de l’élue, les investissements des Services départementaux d’incendie et de secours (Sdis) « en souffrance », « quasiment plus soutenus par l’Etat ». La sénatrice a mis en cause la réforme de 2016 de la prestation de fidélisation et de reconnaissance versée aux sapeurs-pompiers volontaires. «  Elle s’est traduite par une diminution significative du montant de la participation versée à ce titre par l’Etat aux départements, en contrepartie de l’abondement d’un fonds à hauteur de cette économie dédiée au soutien aux investissements structurants des Sdis. L’idée était de rendre à la sécurité civile ce qui appartenait à la sécurité civile. Cet engagement logique n’a tenu qu’une seule année. Depuis lors, les économies restent mais le montant du fonds n’a lui cessé de diminuer », a-t-elle déclaré, dénonçant un «hold-up ».

Sécurité des sapeurs-pompiers

La sénatrice en a profité pour rappeler l’importance d’agir pour préserver le modèle de sécurité civile français menacé par l’arrêt Matzak et la directive européenne de 2003 sur le temps de travail. « Vous avez indiqué en audition vouloir exploiter les dérogations offertes par la directive de 2003 sur le temps de travail. Mais c’est une solution de facilité qui aura pour seule conséquence d’entériner le fait que les sapeurs-pompiers volontaires sont bel et bien des travailleurs. La seule solution pérenne est l’adoption d’une directive européenne ad hoc destinée à l’engagement citoyen. Ce projet est écrit et attend votre soutien. » Elle a aussi souligné l’urgence de développer les plateformes d’appel communes au Sdis et au Samu pour faire baisser la pression opérationnelle sur les sapeurs-pompiers.

En somme, « le compte n’y est pas ». « Je vous demande une chose simple, évidente, frappée de bon sens : rendez à la sécurité civile et aux pompiers l’argent qu’ils vous ont fait économiser et fléchez-le en priorité vers les investissements nécessaires pour assurer leur sécurité. »

Au sujet de la sécurité justement, la mission d’information dédiée à ce sujet, et dont Catherine Troendlé est rapporteure, devrait présenter son rapport le 11 décembre.

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le Sénat rejette le budget de la sécurité civile

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement