Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

fonction publique

Huit propositions pour réformer les concours de la fonction publique

Publié le 27/11/2019 • Par Bénédicte Rallu • dans : A la Une RH, France, Toute l'actu RH

CIG petite couronne – E. von Zelowitz
La sénatrice Catherine Di Folco, dans son rapport pour avis sur les crédits fonction publique du projet de loi de finances 2020, propose huit mesures pour optimiser les conditions d’organisation et adapter le contenu des épreuves des concours administratifs. Un rapport adopté par la commission des lois du Sénat ce 27 novembre.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Comment maintenir aujourd’hui l’attractivité des concours d’entrée dans la fonction publique, en particulier territoriale ? Le modèle, qui concrétise pourtant le principe posé par la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 d’égal accès aux emplois publics, semble s’essouffler.

« Le nombre de candidats présents aux concours des centres de gestion de la fonction publique territoriale a chuté de 33 % entre 2014 et 2017, réduisant ainsi le degré de sélectivité des épreuves », constate la sénatrice Catherine Di Folco (apparentée LR, Rhône) dans son rapport pour avis sur les crédits fonction publique du projet de loi de finances 2020, présenté le 27 novembre en commission des lois du Sénat.
Pour la seule année 2017, 47 596 candidats ont été lauréats d’un concours de la fonction publique de l’État et 15 751 d’un concours de la fonction publique territoriale, relève-t-elle.

Processus long et coûteux

Qui plus est l’organisation d’un concours « reste un processus long et coûteux. Recruter un agent territorial spécialisé des écoles maternelles (ATSEM) coûte par exemple jusqu’à

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec les dossiers

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Huit propositions pour réformer les concours de la fonction publique

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

28/11/2019 12h15

Intéressant cet article qui montre que plus de 60% des candidats ne se présentent pas aux épreuves… et la solution que l’on propose est seulement technique!

Ne dit-on pas que chaque français rêve que son enfant devienne fonctionnaire? Si cette affirmation est exacte, elle est loin d’être mise en œuvre par les personnes con cernées.

Mme Di Folco y répond pour sa part non pas en s’interrogeant sue ces raisons mais sur les évolutions à prendre en compte pour ces concours. En ce qui me concerne, il s’agit d’un « emplâtre sur une jambe de bois » qui ne va pas résoudre le problème!
Ne vaut-il pas mieux se tourner vers les personnes inscrites à ces concours et leur demander les raisons qui les ont amenées à ne pas participer? Après, on pourra envisager des modifications des concours.

Sincèrement je ne pense pas que le besoin est celui-ci. Je pense plutôt que les personnes prennent connaissance du chiffre en bas de la fiche de paye, des possibilités d’évolution de carrière, de revenu et de la prise en compte ou non de l’inflation.
Qui pourrait dire que depuis le milieu des années 1980, la valeur indiciaire du point a suivi de près l’inflation?
Même l’Etat reconnait cet écart en maintenant le GIPA, une mesure qui ne résout en rien la problématique des salaires de la fonction publique!

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement