Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Urbanisme

L’artificialisation des terres, c’est fini

Publié le 06/12/2019 • Par David Picot • dans : France, Innovations et Territoires

A Saint-Malo-de-Guersac (Loire-Atlantique), 58 logements sont construits sur l’ancien terrain de football.
A Saint-Malo-de-Guersac (Loire-Atlantique), 58 logements sont construits sur l’ancien terrain de football. T. Louapre / Divergence
En France, l’artificialisation des terres se poursuit malgré les nombreuses lois appelant à la sobriété depuis vingt ans. Le dernier texte en date qui prône le « zéro artificialisation nette » apparaît diversement compris et/ou apprécié d’élus locaux de territoires ruraux et périurbains attractifs. Ils se retrouvent face à un impératif de densification qu’il convient de faire accepter aux habitants.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Mesure « Corine Land Cover » ou « Teruti-Lucas » ? Selon l’unité de mesure utilisée, la part des terres artificialisées varie en France entre 5,5 % du territoire, ce qui représente 3 millions d’hectares, et 9,3 %, soit 5,1 millions d’hectares. Au-delà des chiffres bruts, la tendance, elle, ne souffre d’aucune ambiguïté.

L’artificialisation des sols, considérée par l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) comme un « important facteur de dégradation des sols », progresse de façon continue au détriment des surfaces naturelles, forestières et agricoles. Cette consommation d’espace fluctue en fonction des territoires, avec une moyenne de 27 000 hectares par an entre 2006 et 2016. Soit l’équivalent de 4 à 5 terrains de football par heure ! Des chiffres élevés, donc, et inquiétants ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’artificialisation des terres, c’est fini

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement