Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Budget 2020

Les sénateurs ne veulent pas d’une réforme fiscale « à l’aveugle »

Publié le 14/11/2019 • Par Romain Gaspar • dans : A la Une finances, Actualité Club finances, France

Sénat vote pjl FP 27 juin 2019
Capture vidéo site Sénat
Après l'Assemblée nationale, le projet de loi de finances pour 2020 arrive au Sénat. Lors d'une conférence de presse, les sénateurs de la majorité sénatoriale (LR) ont regretté un manque de visibilité sur les conséquences de la disparition de la taxe d'habitation ainsi qu'une non compensation à l'euro près pour les collectivités.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Illisible, aucune révolution, hausse d’impôts pour demain »… Les critiques de la majorité sénatoriale de droite fusent contre le budget de mi-mandat de l’exécutif. Lors de la conférence de presse traditionnelle de présentation du projet de loi de finances pour 2020 des sénateurs Les Républicains, le président du groupe LR du Sénat Bruno Retailleau a défini ce PLF 2020 comme un « budget de renoncement ». Il reproche à Emmanuel Macron : « des baisses d’impôts en trompe l’oeil », l’absence d’économies et l’abandon d’une réduction de l’endettement.

Concernant les collectivités, le rapporteur général de la commission des finances, Albéric de Montgolfier s’attaque ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les sénateurs ne veulent pas d’une réforme fiscale « à l’aveugle »

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

19/11/2019 11h39

Je suis toujours surpris par ces effets de manche d’élus… qui ne sont pas de la majorité.
Hier, alors dans la majorité, ils n’avaient pas de mots plus forts pour préciser leur satisfaction sur les mêmes mesures que celles aujourd’hui dénoncées.

Bien sûr, je peux comprendre que l’on ne partage pas les idées de la majorité quand on est dans l’opposition. Mais mettre en cause des mesures que l’on trouvait excellentes auparavant est loin de donner une image valorisante de ces derniers.

Terminons enfin sur la demande du Sénat d’augmenter de manière plus conséquente le taux d’actualisation des bases: où vivent ces personnes? sur la Lune?
Ne voient-ils pas le mécontentement du Peuple qui demande une réduction des prélèvements obligatoires?

Vivement la limitation des mandats pour que ces élus reviennent sur Terre, à la condition de mettre un terme aux avantages bien plus importants que ceux de n’importe qui dans la population.

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement