Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Transition écologique

L’Ademe, agitateur d’idées (vertes) pour les élections municipales

Publié le 13/11/2019 • Par Arnaud Garrigues • dans : Actualité Club Techni.Cités, France

économe de flux
Ra2studio / Adobestock
A l'approche des élections municipales de mars 2020, l'Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) propose aux candidats une boîte sur les thématiques clés de la transition écologique. Ce recueil des meilleurs pratiques a vocation à être utilisé par tous ces aspirants, quels que soient leurs partis politiques, et à donner un coup d'accélérateur à la transition écologique dans les territoires. Surtout ceux - et il y en a - qui ne se sont pas encore lancés.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Plus que cinq mois avant les prochaines élections municipales ! Nul doute qu’en coulisse, les candidats et leurs partis s’activent pour construire leurs programmes, à la recherche d’idées capables de marquer les esprits et de faire la différence. Et notamment des idées écolos. En témoigne le fait que les directions régionales de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) font l’objet actuellement de « nombreuses sollicitations », comme nous l’explique le PDG  de cette agence, Arnaud Leroy.

« Le gratin de la ville durable »

Pour cette agence publique qui aime jouer le rôle d’ « agitateur d’idées », l’occasion était belle de saisir cette opportunité et de publier un recueil de propositions pouvant être intégrées dans le programme de ces candidats. « C’est un best of de la transition écologique, le gratin de la ville durable », indique Arnaud Leroy, bon connaisseur de l’ambiance des campagnes électorales, lui qui a piloté le volet « écolo » du programme du candidat Macron aux dernières élections présidentielles.

De quoi est-il question ? « Il ne s’agit pas là d’idées théoriques, mais de solutions concrètes, regroupées autour de 20 fiches, avec des solutions qui ont été mises en œuvre et des exemples concrets a la clé », ajoute-t-il, précisant bien que ces idées sont « aconfessionnelles, apartisanes, mais pas apolitiques », et qu’elles peuvent donc être intégrées dans les programmes de tous les , quelle que soit leur étiquette.

Au menu : alimentation, énergie, déchets, …

On y trouve par exemple des solutions pratiques pour « manger bon, sain, et local dans les cantines », en intégrant des produits locaux, en réduisant le gaspillage alimentaire. Les grands domaines de prédilection de l’Ademe sont bien là, avec notamment la transition énergétique, et des solutions pour produire l’énergie localement, améliorer l’efficacité énergétique.

La gestion des déchets n’est pas en reste, avec des mesures pour réduire le volume des déchets ou valoriser les biodéchets. La mobilité s’invite aussi dans la campagne, avec la promotion de modes de déplacement plus vertueux, en promouvant le vélo (électrique ou non), l’installation de bornes de recharge pour véhicules électriques, ou encore une logistique urbaine plus propre. Au final, pour un éventuel candidat, il n’y a que l’embarras du choix ! (lire ici la liste complète des fiches thématiques). Et ces derniers ont tout intérêt à verdir leur programme, car comme le souligne le patron de l’Ademe, « les dernières études et sondages montrent que la population est beaucoup plus mûre qu’auparavant. L’environnement est désormais encré dans l’opinion publique, et plus seulement au moment des catastrophes naturelles ou de la COP ! » Fabrice Boissier, directeur général délégué de l’agence abonde, en soulignant que l’heure n’est plus à « faire un mandat avec quelques propositions écolos » mais plutôt « à intégrer ces mesures dans tout le programme ».

Seul bémol, la plupart de ces sujets relèvent des compétences des intercommunalités, et le maire devra peser de tout son poids pour faire avancer ces questions au sein des conseils communautaires. « Nous avons bien conscience de cette difficulté », reconnait  Arnaud Leroy, qui veut croire que le maire reste une figure clé de la vie politique locale, « un véritable ambassadeur » et qu’il peut faire avancer ces sujets, « par exemple en appelant à lancer une expérimentation sur son territoire sur la tarification incitative des déchets ».

Un mandat clé pour engager la transition dans tous les territoires

Ce mandat 2020-2026 est important car les objectifs que s’est fixés la France sont ambitieux – notamment la neutralité carbone en 2050 – et le démarrage de ces politiques prend du temps. « C’est un mandat vraiment utile pour faire la transition écologique ; en 2030, il sera déjà trop tard », pointe Fabrice Boissier. L’Ademe sait qu’elle n’arrive pas à toucher toutes les collectivités, et que ce élections municipales représentent une occasion à saisir. « S’il n’y a pas de mise en œuvre concrète dans les territoires, on n’arrivera pas à atteindre nos objectifs, les injonctions de l’Etat n’y suffiront pas », prolonge Arnaud Leroy.

Il faut donc toucher de nouveaux territoires, et aussi « démystifier la transition écologique en montrant que ça ne coûte pas forcément plus cher et que c’est même économiquement rentable. C’est un point important dans un débat actuel où les sujets du pouvoir d’achat et de la fiscalité sont très présents », ajoute le patron de l’agence. Et le verdissement est d’autant plus important, souligne-t-il, qu’on commence à parler d’un « risque écologique » quant à la cohésion des territoires. La création de la future Agence nationale de cohésion des territoires (ANCT) est d’ailleurs attendue avec impatience par l’Ademe, son PDG attendant que lui soit proposé un « modus operandi ». Car même si l’Ademe est dotée de près de 900 agents, elle n’est pas une administration et ne peut pas forcément être présente finement dans les territoires, même si elle a veillé à garder des antennes dans les anciennes régions (par exemple à Limoges ou Clermont-Ferrand), pour garder un maillage suffisant.

Soulignons enfin qu’une fois les élections passées, le travail de l’Ademe auprès des élus continuera, puisqu’elle a prévu de proposer des formations aux candidats heureux des municipales, en particulier les nouveaux arrivants, en s’associant avec le CNFPT.

Les 12 idées qui peuvent faire mouche !

La Gazette a picoré dans la boîte à idées de l’Ademe – c’est-à-dire dans ces 20 fiches thématiques – et a sélectionné les  mesures suivantes qui pourraient intéresser les citoyens, et donc les candidats :

  • Biodiversité : lancer une opération de plantation d’arbres.
  • Mobilités :
    – déployer un plan vélo motivant (pistes cyclables, aides à l’achat, location de vélos électriques, ..).
    – encourager le déploiement de plateforme de covoiturage solidaire.
  • Agriculture : réserver des espaces pour les projets d’agriculture urbaine (jardin partagés, etc.) dans les projets d’aménagement.
  • Cantines :
    – intégrer un pourcentage croissant de produits locaux.
    – faire évoluer les habitudes alimentaires (ex. : deux repas végétariens par semaine).
  • Énergie :
    – proposer un projet citoyen de production d’énergie verte.
    – Installer des énergies renouvelables.
  • Climat : végétaliser les bâtiments et les espaces urbains.
  • Air  :
    – améliorer la qualité de l’air intérieur dans les établissements scolaires, par la rénovation et l’entretien.
    – air extérieur : proposer des solutions (mutualisées ou non) pour éviter de brûler les déchets de jardin.
  • Logistique : promouvoir des modes transports de marchandises plus propres et moins bruyants lors de la livraison.
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’Ademe, agitateur d’idées (vertes) pour les élections municipales

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement