Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Editorial] Municipales

Le redressement de la maison maire

Publié le 15/11/2019 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Elections municipales 2020
Olivier Rault / Adobestock
Le regard sur les édiles a radicalement changé depuis un an. Comme le souligne le sénateur et politologue Eric Kerrouche (PS), on est passé de « #balancetonmaire à #cajoletonelu ».

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

A l’issue d’un mandat, mené sous la pression des ratios comptables et des théories de la « taille critique », les maires ont de bonnes raisons de se plaindre. Leur horizon s’est pourtant quelque peu éclairci. Enterrée, la campagne lancée sur les réseaux sociaux par des apprentis sorciers de la Macronie contre les hausses de la taxe d’habitation. Comme le souligne le sénateur et politologue Eric Kerrouche (PS), on est passé, en l’espace d’un an, de « #balancetonmaire à #cajoletonelu ».

Un vaccin contre la fièvre jaune

La petite musique, dénoncée en 2017 par le patron de l’Association des maires de France, François Baroin (LR), sur les élus locaux, trop nombreux, tout juste bons à organiser des cocktails à base de petits-fours, n’a plus cours. Les premiers magistrats sont revenus en grâce. Si le nouveau monde ne jure plus que par les porteurs d’écharpe tricolore, c’est que la révolte des ronds-points est passée par là.

Les maires ont servi de vaccin contre la fièvre jaune. Au milieu du chaos qui menaçait, ils ont gardé le lien avec les oubliés de la mondialisation heureuse. Emmanuel Macron s’est appuyé sur les édiles pour éteindre l’incendie. Par-delà les chapelles, ils ont répondu présent. Le grand débat les a définitivement remis au centre du jeu.

Les sentinelles de la République

La fracture territoriale, entre le quart Nord-Est et le grand Ouest, les métropoles et la France périphérique, se retrouve propulsée au cœur de la vie publique. Les édiles, qui sonnaient le tocsin depuis des années, ont gagné leurs galons de sentinelles de la République. Au sein des cités populaires, le maire ressuscite la figure bienveillante de monsieur Madeleine, alias Jean Valjean, maire de Montreuil-sur-Mer dans « Les Misérables ».

Avec la disparition des hussards noirs des écoles communales et des médecins de campagne, il apparaît comme l’ultime recours. Dans le vent de « dégagisme » ambiant, le maire s’affirme comme la seule personnalité politique « sympathique », selon le mot de l’historien Maurice Agulhon.

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le redressement de la maison maire

Votre e-mail ne sera pas publié

piar92

18/11/2019 07h52

Le clientélisme existe encore et le maire, dans ma commune du 92 de 60000 hbs, ne répond qu’aux mails de ces gentils administrés. Les autres ainsi que les agents municipaux ne sont en aucun cas écoutés, même s’il s’agit de faire des propositions constructives. Le lèche bottisme a des limites.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement