logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/647317/la-formation-a-lutilisation-des-defibrillateurs-est-une-necessite/

[OPINION] PRÉVENTION
« La formation à l’utilisation des défibrillateurs est une nécessité »
Auteur associé | Actu prévention sécurité | France | Opinions | Publié le 13/11/2019

La loi "défibrillateur cardiaque", relative à l’équipement en défibrillateur automatisé externe (DAE) pour les établissements recevant du public (ERP), a été publiée au "Journal officiel" le 29 juin 2018. Dans une tribune publiée par la Gazette, le cofondateur de la société Lifeaz, Johann Kalchman, attire l'attention des communes sur les nouvelles obligations qui s'imposent à elles.

Un défibrillateur automatisé externe (DAE)

La loi « défibrillateur cardiaque » [1], relative à l’équipement en défibrillateur automatisé externe (DAE) pour les établissements recevant du public (ERP), a été publiée au « Journal officiel » le 29 juin 2018. Six mois plus tard, un décret est venu compléter cette loi pour préciser les lieux qui seront concernés au 1er janvier 2020. C’est la première loi en France qui oblige des infrastructures à s’équiper d’un ou de plusieurs défibrillateurs dans le but de sauver plus de vies.

50 000 victimes par an en France

Chaque année, les arrêts cardiaques tuent cent fois plus de personnes que les incendies. Pourtant, il est devenu commun de trouver des extincteurs partout, ce qui est essentiel, mais il est encore trop compliqué de trouver un défibrillateur à proximité immédiate. Or les arrêts cardiaques font 50 000 victimes par an en France, et le taux de survie est de moins de 5 %. Ce qui est extrêmement faible lorsque l’on sait que si un témoin agit dans les quatre premières minutes en prodiguant les premiers gestes de secours et en utilisant un défibrillateur, on peut multiplier par dix les chances de survie.
Le 1er janvier 2020, tous les lieux publics ou privés pouvant accueillir plus de 300 personnes (ERP de catégories 1 à 3) devront obligatoirement être équipés d’un DAE. Ce sont notamment les grands magasins, les grands hôtels, les lieux publics gérés par les communes, les collèges et lycées, les centres sportifs et bien d’autres. Au 1er janvier 2021, cette obligation s’étendra aux ERP de catégorie 4 comme les cinémas, les salles de spectacles, les lieux de culte ou certains restaurants. Etrangement, rien n’a été spécifié quant à l’obligation de former tous les employés de ces lieux. Or déployer des défibrillateurs partout sans avoir une population massivement sensibilisée et formée en limite largement l’impact. Et ce, alors même que les quatre premières minutes sont déterminantes quand les secours en mettent une dizaine pour intervenir dans une grande ville ! Pour tenir ce délai, seul le premier témoin (proche, collègue, voisin, commerçant, passant) peut intervenir.

Un défibrillateur est utilisable par tous

Il faut donc bien sûr déployer massivement des défibrillateurs, s’assurer qu’ils fonctionnent à tout moment et que l’on puisse les trouver, mais surtout avoir une population sensibilisée et formée aux gestes qui sauvent, qui saura et osera les utiliser. Car un défibrillateur est utilisable par tous, de manière simple et sans risque pour la victime. Mais encore faut-il le savoir ! Certaines communes l’ont compris et n’ont pas attendu la loi. Elles ont cherché à associer l’installation des défibrillateurs à des actions massives de sensibilisation aux gestes qui sauvent pour tous les agents, le personnel des ERP équipés et pour la population, afin de sauver toujours plus de vies.
Certains exemples dans le monde illustrent le pouvoir de cette approche. Avec plus de 80 % de la population formée et des défibrillateurs déployés partout, la ville de Seattle, aux Etats-Unis, par exemple, affiche aujourd’hui plus de 60 % de taux de survie. Il faut s’en inspirer. Cette première loi n’est que le début, comme le furent il y a une dizaine d’années celles concernant les extincteurs !

POUR ALLER PLUS LOIN