Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Politiques culturelles

Qui a dit que la réflexion sur le patrimoine est figée ?

Publié le 05/11/2019 • Par Hélène Girard • dans : Actualité Culture, France

patrimoine bati - bretagne par Pictarena via AdobeStock_108798210 -UNE
Pictarena via Adobe Stock
La réflexion patrimoniale des élus et des professionnels évolue rapidement. Pour des raisons diverses et variées, le patrimoine n’est plus considéré comme un bien figé, dont la protection briderait le développement économique. Bien au contraire. Tour d'horizon en 5 tendances de fond qui traversent ce secteur.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

1 – Le patrimoine change d’échelle

A l’instar d’autres problématiques de politiques locales, la réflexion patrimoniale est bousculée par la loi NOTRe (1), qui conduit les élus à raisonner au niveau intercommunal… en provoquant un hiatus eu égard à la promotion touristique du territoire. Comme à Périgueux (Dordogne), où le service Patrimoine (qu’impose le label Ville d’art et d’histoire), initialement municipal, a dû s’aligner sur le fait que « c’est désormais l’office intercommunal du tourisme qui promeut notre centre-ville », témoigne Laurence Datrier, adjointe au maire en charge du développement du tourisme et du patrimoine.

Cependant, vu la taille des nouveaux EPCI et la dimension identitaire du patrimoine, demander aux communes membres de se reconnaître dans le château ou le cœur historique de la ville centre distante de plusieurs dizaines de kilomètres ne va pas forcément de soi. Le problème se pose avec acuité aux villes qui étendent leur label Ville d’art et d’histoire à l’ensemble de l’EPCI.

« Il n’est pas question de transposer le travail fait dans un cœur urbain à l’échelle d’un pays rural avec une surface trente fois plus étendue, mais de trouver une autre recette », témoigne Benjamin Philip, directeur du service des patrimoines du Grand Figeac (Lot) dans un dossier publié par Lagazette.fr le 19 septembre. Et d’égrener quelques exemples de piste envisagées : resserrer l’action sur quelques sites à mettre en valeur, offrir des visites guidées d’autres villages avec l’office de tourisme…

2 – Le patrimoine, c’est aussi l’affaire des habitants

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Références

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Les préalables à la certification des comptes des collectivités locales

de Experts Comptables

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Qui a dit que la réflexion sur le patrimoine est figée ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement