logo
DOSSIER : Baromètre bien-être au travail 2019 : les agents toujours sous pression, mais y'a du mieux
Dossier publié à l'adresse https://www.lagazettedescommunes.com/647187/le-bien-etre-en-berne-dans-les-conseils-regionaux/

BAROMÈTRE « LA GAZETTE » - MNT
Le bien-être en berne dans les conseils régionaux
Gaëlle Ginibrière | Actu Emploi | Dossiers Emploi | France | Toute l'actu RH | Publié le 06/11/2019 | Mis à jour le 05/11/2019

La fusion des régions et les réorganisations de services qui s'en sont suivi n'ont pas été sans laisser de traces sur le moral des agents des conseils régionaux, quatre après. Ceux-ci déclarent un niveau de satisfaction et de bien-être au travail bien en-deçà de celui de leurs collègues dans les autres strates de collectivités.

oeuf sous pression étau [1]S’ils restent satisfaits de travailler dans la fonction publique territoriale (à 76 %, contre 81 % pour l’ensemble des répondants), les agents des régions manifestent une certaine défiance vis-à-vis de leur collectivité. Ils sont 5 %, soit 3 fois moins nombreux, à se déclarer très satisfaits de travailler dans leur administration. Même le plaisir d’exercer une mission de service public, qui mobilise massivement les autres agents, ne fédère « que » 70 % d’entre eux, soit 12 points moins que l’échantillon général.

« Les conseils régionaux se sont éloignés du terrain, et les agents de catégorie C qui travaillent au plus proche des usagers sont peu nombreux dans les conseils régionaux », analyse Jean-François Lemmet, consultant et formateur en management auprès des collectivités territoriales. Plus préoccupant : alors que 50% des agents territoriaux constatent que leur bien-être s’est dégradé, le chiffre s’élève à 67 % dans les conseils régionaux.

Insatisfaction générale, ou presque

Ces agents se montrent relativement désabusés. Ils sont 10 à 20 % à ne pas émettre d’avis sur leur capacité à remplir des missions de service public. Et parmi ceux qui s’expriment, un quart ont le sentiment de ne pas rendre un service de qualité aux usagers et 32 % estiment ne pas participer à la bonne gestion de l’argent public. Seuls 70 % d’entre eux sont fiers d’exercer leur métier, contre 84% au global.
L’insatisfaction concerne également très directement les conditions de travail. 40% seulement des agents des Régions se félicitent d’acquérir de nouvelles compétences contre 59%, 63% apprécient leur degré d’autonomie (contre 75%).

Par ailleurs, 72% d’entre eux déplorent un manque de reconnaissance (contre 59%) et 52% se plaignent des relations avec leur hiérarchie (contre 43%). D’ailleurs, ces agents rejettent majoritairement la politique de ressources humaines de leur collectivité (50% contre 34 % pour l’échantillon général). En revanche, comme dans le reste de l’échantillon, le soutien des collègues reste un véritable soutien dans l’exercice de leurs missions.

Pressions hiérarchiques

Plutôt préservés – sans doute en raison de l’éloignement – de la pression des élus (35 % contre 50 % pour l’échantillon général), 79% d’entre eux déclarent en revanche subir une pression excessive de la hiérarchie (12 points de plus que l’échantillon global).
Leur niveau de stress est quant à lui comparable à celui de leurs collègues, et ils sont même légèrement plus nombreux (57 % contre 53%) à estimer bien le gérer. Pour autant, les employés des conseils régionaux sont plus nombreux à observer un impact négatif du travail sur leur sommeil (62 %), leur activité physique (32 %) et leur santé de manière générale (55 %).

D’après le baromètre, les conseils régionaux ne semblent ne pas s’être emparés de ce sujet. 49 % des agents déplorent qu’aucune action de prévention ou de bien-être au travail ne soit proposée dans leur collectivité. Un chiffre comparable au reste de l’échantillon.
Et ils sont seulement 36 % avoir suivi dans l’année écoulée l’une de ses actions (contre 53 %). D’ailleurs, plus de la moitié d’entre eux (contre 39 %) appellent leur employeur à s’engager à promouvoir la qualité de vie au travail.

Consultez tous les résultats