Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Baromètre « La Gazette » - MNT

Les agents des départements affichent un niveau de bien-être supérieur à ceux des SDIS

Publié le 05/11/2019 • Par Gaëlle Ginibrière • dans : Actu Emploi, Dossiers Emploi, France, Toute l'actu RH

creativemagic
Creative Magic -Pixabay - CC by 2.0
Les problématiques de ressources humaines et de management sont au cœur des insatisfactions des agents de l'échelon départemental, selon les résultats de notre Baromètre bien être au travail 2019.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le niveau de bien-être au travail se dégrade davantage au sein des SDIS (59 %) et des conseils départementaux (52 %) que sur l’ensemble des échantillons (50 %).
Si les agents des conseils départementaux sont à l’unisson de l’ensemble de l’échantillon en matière de satisfaction à travailler dans la fonction publique territoriale (FPT), ou même dans leur collectivité, l’enthousiasme de leurs collègues des SDIS s’avère plus tempéré. 70 % d’entre eux se déclarent contents de travailler dans la FPT (contre 81% pour l’ensemble des répondants), sans marquer toutefois plus de défiance vis-à-vis de leur administration que leurs collègues.

Satisfaction d’abord grâce aux relations entre collègues

Et alors que leurs missions comportent une forte dimension d’intérêt général, ils figurent parmi les agents les moins satisfaits concernant l’exercice d’une mission de service public, à égalité avec les agents des conseils régionaux (70%).

À l’échelon départemental, ce n’est effectivement pas ce motif de satisfaction qui est prioritairement cité, comme c’est le cas pour l’ensemble de l’échantillon. Agents des conseils départementaux comme personnel des SDIS préfèrent placer au premier plan les relations avec leurs collègues (respectivement 77% et 86%).
Le soutien des collègues est reconnu comme une aide dans la réalisation des tâches quotidiennes par 74 % des agents de conseils départementaux et 77 % par ceux qui travaillent dans un SDIS. Ces derniers semblent particulièrement préoccupés par la fluidité des modes de décision, qu’ils récusent à 87 % (63 % pour l’ensemble de l’échantillon et 69% pour les personnes travaillant dans un conseil départemental) et la politique ressources humaines de leur structure (9% seulement la considère comme une aide).

Pratiques managériales inefficaces
Autre source de mécontentement : la mauvaise gestion des compétences de chacun (72 %, contre 44 % au global et 48% dans les conseils départementaux) et des pratiques managériales inefficaces (78%, contre 58% pour l’ensemble et 62% dans les conseils départementaux). Leur fierté à exercer leur métier reste cependant bel et bien affirmée à 86%, soit 2 points de plus que l’ensemble de l’échantillon.
En matière de reconnaissance, les résultats sont en-deça de ceux observés dans les autres collectivités. La reconnaissance de la part des pairs et des collègues, saluée dans l’ensemble, est moins largement plébiscitée par les agents des conseils départementaux.
Mais c’est surtout l’appréciation du travail par les élus qui fait l’objet du plus grand malaise. 23 % des agents des conseils départementaux et 12 % de ceux des SDIS disent en bénéficier (33 % pour l’ensemble de l’échantillon).
La reconnaissance par la hiérarchie qui a progressé en un an pour l’ensemble des répondants, atteint un plancher de 22 % dans les SDIS (49% au global). Dans cette perspective, 83 % des agents des SDIS et 75% de ceux des conseils départementaux déplorent une pression excessive de leur hiérarchie (67% au global).
Les agents des SDIS peuvent en revanche se réconforter par la reconnaissance apportée par les usagers (75 %, contre 68 % au global et 67 % dans les conseils départementaux).
Bien qu’ils estiment à 34 % bien gérer leur stress, les personnels des SDIS font état des plus forts impacts négatifs de leur travail sur de nombreux points : le sommeil (69%, contre 56% pour l’ensemble des répondants), l’alimentation (38% contre 24% au global), la santé de manière générale (66 % contre 47 % au global).

Consultez tous les résultats

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article fait partie du Dossier

Baromètre bien être au travail 2019 : les agents toujours sous pression, mais y'a du mieux

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les agents des départements affichent un niveau de bien-être supérieur à ceux des SDIS

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement