Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Développement local

Les élus de montagne devront attendre

Publié le 23/10/2019 • Par Romain Mazon • dans : France

gourault-anem-une
R.M.
Droit à la différenciation, zones de revitalisation rurale, Agence nationale de cohésion des territoires… En recevant Jacqueline Gourault en ouverture de leur congrès annuel les 17 et 18 octobre, les élus de montagne espéraient quelques assurances et décisions. Tout en manifestant sa compréhension des enjeux de l’Anem, la ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités a renvoyé la plupart des questions aux réformes annoncées après les élections municipales.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

En ouvrant le 35eme Congrès de l’Anem, le 17 octobre à Saint-Jean-Pied-de-Port et Ispoure (Pyrénées-Atlantiques), Jacqueline Gourault intervenait dans un climat nettement plus apaisé que celui qu’elle allait rencontrer quelques heures plus tard, devant les présidents de départements, à Bourges. Mais elle n’a pas pour autant satisfait les élus de montagne, qui espéraient que la ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités répondrait à leurs attentes, notamment en matière de reconnaissance des spécificités de la montagne.

D’emblée, la ministre avait douché les attentes de grand soir : après les grandes lois de 1985 et 2016, « je suis convaincue que la prochaine étape n’est pas de faire un grand ouvrage législatif supplémentaire, spécifique aux territoires de Montagne ».

Ce sont donc des chantiers sectoriels qu’a recensé Jacqueline Gourault, au premier rang desquels la différenciation, car « la prochaine étape qui permettra de prendre en compte les spécificités [de la montagne], c’est le projet que nous portons sur la différenciation. La dernière étude du Conseil d’Etat sur le sujet nous donne la capacité, à droit constitutionnel constant, d’élargir le droit à l’expérimentation, qui pourrait se transformer en droit à la différenciation », a-t-elle projeté. Elle a également invité les élus de montagne à

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les élus de montagne devront attendre

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement