Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Mots pour mot

PUP, Projet urbain partenarial

Publié le 23/10/2019 • Par Auteur associé • dans : A la Une finances, Actu experts finances, Billets finances

nuage de mots bulles : expert comptable
©Jérôme Rommé - stock.adobe.com
Avec la rubrique "Mots pour mot", retrouvez l'analyse d'un expert sur un mot d'actualité ou dont les enjeux méritent un petit décryptage. Aujourd'hui, c'est Léonie Poupart, consultante chez FCL Gérer la Cité qui présente le projet urbain partenarial. Une solution de co-financement des aménagements urbains qui a dû être améliorée par la loi ALUR.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Léonie Poupart

Léonie Poupart

consultante chez FCL-Gérer la cité

Qu’est-ce qu’un PUP ? il s’agit du « projet urbain partenarial », outil de financement des équipements publics pour les collectivités.

Le PUP est un contrat signé entre la collectivité compétente en matière d’aménagement et un opérateur privé. Ce contrat, librement négocié entre les deux parties, permet le préfinancement d’équipements publics par des personnes privées. Par exemple, un opérateur privé peut avoir besoin d’infrastructures (carrefour giratoire) ou de superstructures (école) afin de répondre aux besoins des futurs usagers et améliorer ainsi l’attractivité de son bien. Il peut alors négocier la réalisation de ces équipements avec la collectivité, en échange d’une participation. Cet opérateur privé est exonéré de la taxe d’aménagement, le temps de la convention.

Des biais ...

[60% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

PUP, Projet urbain partenarial

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement