Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Finances locales

Les amendes de stationnement augmenteront au 1er août, décide le CFL

Publié le 04/05/2011 • Par Aurélien Hélias • dans : A la une, Actualité Club finances, France

Policiers municipaux à vélos
PHOVOIR
Le comité des finances locales a statué, le 2 mai, sur plusieurs dispositions visant le fonds de péréquation horizontale du bloc communal et s’est penché sur les calendriers de mise en œuvre de la taxe poids lourds et de l’augmentation des amendes de stationnement.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Chi va piano va sano » : ainsi Gilles Carrez résume-t-il le calendrier retenu par le CFL pour constituer le fonds de péréquation des recettes fiscales des communes et EPCI. La loi de finances prévoit un objectif de 2 % en 2015 : les seuils intermédiaires seront au mieux ceux prévus par la loi (respectivement 0,5 %, 1 %, et 1,5 % en 2012, 2013 et 2014) « pour ne pas avoir de réactions hostiles de tous ceux qui paieront », justifie le président du CFL.

Autres dispositifs avalisés : il y aura un fonds unique national, s’articulant avec le fonds régional d’Ile-de-France, et « les communes isolées pourront en bénéficier car l’intercommunalité ne sera pas achevée avant 2012 ». Les dispositions de répartition prévues par la loi ne s’appliqueront qu’en cas de défaut d’accord au sein de l’EPCI, sur le modèle qui régit la composition des conseils communautaires.

Tenir compte des strates – Les critères des ressources retenus pour savoir si, et à quel montant, les communes peuvent bénéficier de ce fonds sont restreints car les ressources affectées du type TEOM, versement transport, taxe de séjour ou encore taxe de balayage, ne seront pas prises en comptes.

Un point reste en débat : la possibilité de « raisonner par strates car, sinon, il y aura un énorme transfert des communes les plus importantes vers les communes rurales », craint le rapporteur du budget. Un sujet sur lequel le CFL devrait débattre lors d’une réunion prévue entre le renouvellement du comité prévu le 28 juin et le 14 juillet.

Augmentation des amendes au 1er août – On savait les amendes forfaitaires pour mauvais stationnement « condamnées » à passer de 11 à 17 euros. On connait dorénavant la date d’application de la mesure : le 1er août, « une date intangible » selon Gilles Carrez au vu des efforts d’adaptation (nouveaux carnets à souche, informatisation des procédures) que suggère cette hausse.

La mesure devrait rapporter entre 24 et 36 millions d’euros supplémentaires aux collectivités locales, selon les estimations de Bercy. Sur ce sujet aussi, un autre point reste en débat : la possibilité de moduler le montant de la taxe selon le lieu de l’infraction.
« Ce type d’amende devrait être lié au lieu de stationnement : il y a une différence entre mal se garer à Saint-Flour ou sur les Champs-Elysées ! », a plaidé Gilles Carrez. Mais, « pour moduler, il faudrait dépénaliser, or des obstacles surtout juridiques l’empêchent », a-t-il poursuivi.

Un calendrier lâche pour la taxe poids lourds – Quant au décret sur la future taxe poids lourds, il fixera non seulement les routes visées tandis que le CFL s’est prononcé, « à l’unanimité, pour la possibilité de réviser périodiquement [le dispositif] car nul n’est en état de dire quels seront les effets », a justifié Gilles Carrez, notamment les conséquences sur les marges des transporteurs routiers de cette taxe de 12 centimes d’euros par km.

Le dispositif doit rapporter 1 milliard d’euros contre 280 millions de coûts d’exploitation, les collectivités devant bénéficier de 200 millions des recettes contre 800 millions pour l’Etat et l’Agence de financement des infrastructures de transports (AFTIF). Quant au calendrier d’instauration, il est prévu une application en Alsace, zone expérimentale, dans les derniers mois de 2012 et courant 2013 au niveau national. Mais le CFL estime déjà probable un retard d’un an…

CVAE et salariés multi-établissements – Enfin, le CFL s’est penché sur les modalités de décompte des salariés travaillant pour des sociétés multi-établissements, impactant de fait le calcul de la Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) perçue par les collectivités.
Le salarié exerçant son activité dans plusieurs lieux sera déclaré dans celui où la durée d’activité est la plus élevée si cette durée est supérieure à trois mois. Si cette durée est inférieure à trois mois, il sera déclaré au niveau de l’établissement retenu pour la Déclaration annuelle des données sociales (DDAS). « Mieux vaut un système robuste quitte à ce qu’il soit simplificateur », a conclu Gilles Carrez.

Cet article est en relation avec les dossiers

2 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les amendes de stationnement augmenteront au 1er août, décide le CFL

Votre e-mail ne sera pas publié

Jean-Jacques 92

05/05/2011 10h47

Je rebondis sur la remarque de M. Carrez proposant une « modulation selon le lieu de l’infraction » au stationnement.
Pourquoi une infraction au stationnement devrait-elle être sanctionnée différemment selon qu’elle est constatée sur les Champs Elysées ou à St Flour ?
Je me déplace quotidiennement à vélo et lorsqu’un automobiliste stationne illégalement et de manière dangereuse, la situation est la même dans Paris ou sur le port de Gennevilliers(92) ou à Sélestat(67) : quelques secondes d’inattention (de ma part et/ou de la part d’un automobiliste circulant sur la même voie) suffisent pour qu’un accident grave puisse se produire.
Il serait bon que M. Carrez se rapproche des associations d’usagers et victimes de la route et précise sa pensée…

ugottale

05/05/2011 05h17

le stationnement payant est un service public qui ne regarde pas l’ETAT , que diable !
son but n’a rien à voir avec la sécurité routière , son but , c’est de partager l’espace public
dans le temps entre tous les candidats au stationnement dans les centre-ville avec commerces et administrations ! les riverains doivent se garer en dehors du domaine public et les commerçants ( bénéficiaires du stationnement payant ) doivent exiger de leurs employés qu’ils se garent en zone libre en dehors de la zone payante , car dans la zone
payante , la durée du stationnement est limitée à 2 heures , pour améliorer l’accès aux centre-ville en augmentant la rotation !
le PV à 11 euros aurait dû être remplacé par une redevance municipale , dont le montant
serait encadré par la loi , modulable en fonction de l’offre et de la demande , et des tarifs locaux municipaux !
aujourd’hui, les communes gèrent le stationnement payant , paient le matériel et le
personnel de surveillance ……et l’ETAT , encaisse la recette !!! certes , par un mécanisme compliqué , il reverse une partie du produit des amendes de police de manière automatique et systématique en fonction nombre de PV , aux villes de plus de 10000 habitants à qui il n’est plu demandé de justifier par un projet de sécurité routière ! c’est
un chèque en blanc , mais que de frais pour l’établir par une administration encore au
siècle dernier !
quant aux communes de moins de 10000 habitants , l’ ETAT affecte un montant global à répartir par le conseil général ! et ça me prenait 15 jours/an , de directeur des routes départementales , pour des projets ridicules avec interdiction d’accepter une modification de l’un des membres de la commission ad hoc , puisqu’un rapport présenté par le PCG est définitif ! la commission ne sert donc à rien , mais après on bouffe dans le restaurant le plus cher de la préfecture ! il y a beaucoup d’économies à faire , notamment en créant une
POLDARMERIE à statut unique , tous logés , fusion intégrale de la POLice nationale avec la genDARMERIE et les agents de police municipaux aptes à être poldarmereurs , les communes gardant , les garde-champêtre et les surveillants de stationnement payant !

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement