Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Territoires
& Talents

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Territoires et talents

Cet article vous est proposé par le CD de l'Hérault

Le Département de l’Hérault a fait de la protection de l’enfance une priorité

Publié le 28/10/2019 • Par Territoires et Talents • dans : Contenu partenaire

Assistante_Familiale_Fraisse-sur-Agout (5)
Cambon Christophe
Aide financière, aide éducative à domicile, contrat jeune majeur, accueil familial ou en établissement… Le Département accompagne 2 500 jeunes qui lui sont confiés par décision de justice ou à la demande des parents.

Catherine Fenelous est assistante familiale, elle accueille les jeunes qui lui sont confiés chez elle, dans sa ferme de Fraisse-sur-Agoût, au milieu de ses chevaux. Eleveuse formée en équithérapie, elle s’occupe d’Allan, 13 ans, Julie, 15 ans et Jordan, 18 ans, qui apprennent à ses côtés à se construire, jour après jour. Depuis plusieurs années, cette mère de quatre enfants, au sourire rayonnant et au cœur immense, accompagne des enfants et jeunes adultes en séjour de plusieurs années. « J’essaie de leur donner les bases pour qu’ils apprennent à devenir autonomes au quotidien, et à faire de leurs difficultés une force », explique-t-elle.

En 2017, le Département lui a également confié, en séjour de quelques semaines, dites « de rupture »,  18 enfants présentant de gros troubles du comportement. « Dans des situations complexes, il faut apporter des solutions et faire preuve de beaucoup d’ingéniosité. C’est un challenge avec soi-même très gratifiant », estime cette assistante familiale passionnée par son métier. Pour accompagner au mieux ces enfants et adolescents, Catherine Fenelous travaille en collaboration avec les Maisons d’Enfance à Caractère Social (MECS) portées par le Département : « C’est un travail d’équipe, solidaire et indispensable », commente cette professionnelle.

C’est un travail d’équipe, solidaire et indispensable

Dans l’Hérault, 2 500 enfants sont actuellement confiés au Conseil Départemental, par décision de justice ou à la demande des parents. Les prises en charge diffèrent. Les enfants ou adolescents peuvent bénéficier d’un accueil familial _comme chez Catherine Fenelous_ être hébergé en établissement, bénéficier d’une aide éducative à domicile, faire l’objet d’une aide financière ou d’un contrat jeune majeur. Mais quel que soit le dispositif, ils peuvent compter sur un accompagnement solide pour construire leur vie future.

« L’enfant est au cœur de nos réflexions et son bien-être est une priorité », martèle Véronique Calueba-Rizzolo, vice-présidente à l’enfance et à la famille. « C’est un pilier de la politique départementale. De sa naissance à l’âge adulte, l’enfant confié est « sous l’aile » du Département, là pour le protéger, l’accompagner et l’aider ».

Préserver le lien avec la famille

Travailleurs sociaux, éducateurs, maîtresses de maison, assistantes familiales, animateurs… Tous ont à cœur de protéger l’enfant quand les relations dans la structure familiale deviennent compliquées, tout en préservant autant que possible le lien avec la famille. Le soutien à la parentalité est en effet l’autre enjeu essentiel auquel le Département s’attache. « Nous favorisons le lien avec les parents car il est essentiel dans la construction de l’enfant », indique Véronique Calueba-Rizzolo.

A Agde, à la MECS Baldy, le Conseil Départemental a ainsi mis un appartement à disposition des familles afin que celles-ci puissent venir voir leur enfant dans les meilleures conditions possibles. Des séjours sont également organisés avec les parents, qui sont associés à chaque démarche. Quatre-vingt jeunes, de 6 à 21 ans, vivent à l’année à la Maison Baldy. Chacun a un rôle dans la maisonnée, des droits et des devoirs : cuisiner, nettoyer les parties communes, faire son lit, ranger sa chambre, etc. « Notre objectif est de les rendre autonomes, qu’ils sachent se débrouiller seuls », explique M.  Maillard, responsable de l’établissement. « Tout est fait pour que les enfants se sentent chez eux ».  Le week-end, ceux qui le peuvent retournent dans leur famille.

Ces parenthèses en familles d’accueil ou en établissement n’ont d’autre but que de permettre à tous, parents et enfants, de renouer le lien, à leur rythme. Jessica, une jeune maman, avoue qu’elle a eu besoin de ce temps pour se reconstruire et reconstruire une relation avec ses trois garçons, Kenzo, Lorenzo et Israël. « Mes enfants sont d’abord partis en famille d’accueil, puis ils sont venus à Baldy et depuis peu de temps ils ont rentrés à la maison », raconte la jeune femme, le plus petit blotti dans ses bras. Aujourd’hui, ses trois enfants vont de temps en temps voir leur assistante familiale « parce qu’on lui manque », explique le benjamin, avant de lancer : « Mais je préfère être à la maison avec maman et mes frères et sœurs ».

Comme Kenzo, Lorenzo, Israël, Hanan, 29 ans aujourd’hui, a passé une partie de sa jeunesse dans les dispositifs de la protection de l’enfance. « Même si mon adolescence n’a pas été celle dont on peut rêver, je garde un bon souvenir de Mon Oustal, la MECS où j’ai passé sept années de ma jeunesse. Je me suis toujours sentie entourée et encouragée », raconte la jeune femme. Grâce à ce soutien, Hanan a réussi à surmonter sa souffrance pour devenir une adulte épanouie. Elle a fondé une famille et est à la tête d’un restaurant à Saint-Pons-de-Thomières. « Aujourd’hui, j’ai une petite fille et je suis fière d’avoir pu réaliser mon projet de restaurant et d’avoir creéé une vrai famille avec mon compagnon et mon enfant ! ».

Les offres d'emploi de CD de l'Hérault TOUTES LES OFFRES

Commentaires

Le Département de l’Hérault a fait de la protection de l’enfance une priorité

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement