Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Sécurité civile

Le pompier de l’Essonne qui a insulté le président Macron craint d’être révoqué

Publié le 22/10/2019 • Par Nathalie Perrier • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu prévention sécurité, France

cap video FB
cap video FB
Le jeune pompier qui a insulté le président de la République mardi lors de la manifestation des sapeurs-pompiers du 15 octobre à Paris s’expose à une lourde sanction. Il a été suspendu mardi à titre conservatoire.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

A quelles sanctions s’expose le sapeur-pompier qui a insulté le président Emmanuel Macron lors de la manifestation des pompiers, place de la Nation, à Paris ? Depuis mardi, date de la manifestation, la question est posée et le malaise ne cesse de grandir au sein du Sdis 91. Mardi 22 octobre, le jeune homme, actuellement en arrêt maladie, a appris qu’il faisait l’objet d’un arrêté de suspension conservatoire. Un conseil de discipline se réunira prochainement afin de statuer sur son sort.

Tout commence par une vidéo vue plus d’un million de fois sur twitter et Facebook dans laquelle ce jeune pompier de 28 ans du Sdis de l’Essonne explique qu’ « un policier lui a tiré dessus ». « C’est un CRS, et moi je suis pompier », s’indigne ce soldat du feu en montrant une plaie rouge sous son pantalon troué. Furieux, l’homme ne cache pas sa colère et conclut ses propos  par une injure : « Macron, va te faire en… ».

Le retour de bâton ne tarde pas. Dès le lendemain, son chef de groupement se rend à la caserne pour lui rappeler ses obligations de réserve. Le Sdis 91 de son côté se fend, toujours le 16 octobre, d’un communiqué dans lequel il indique, laconique : « En marge de (cette) manifestation, des insultes et des actes isolés répréhensibles ont été observés impliquant des sapeurs-pompiers de l’Essonne. Certains agissements ont été largement partagés sur les réseaux sociaux. Le Sdis de l’Essonne condamne fermement ces faits et débordements contraires à l’image du service public et aux valeurs des sapeurs-pompiers ».

Une enquête est en cours

Si le niveau de sanction n’est nullement évoqué, le Sdis précise qu’il « se réserve le droit de prendre des dispositions à l’encontre des auteurs afin de préserver son image et celle des sapeurs-pompiers ». L’insulte du fonctionnaire à l’encontre du président de la République lui vaudra sans aucun doute une sanction, mais son degré n’a pas encore été déterminé. « On redoute une révocation », s’inquiète Jean-Christophe Cantot, à la CGT du Sdis 91, qui rappelle que cet agent venait de se prendre un tir de lanceur de balle de défense (LBD) dans la jambe. « Il doit certes être sanctionné car un agent en tenue ne peut insulter sur la voie publique le président. Mais nous condamnons une éventuelle révocation qui serait totalement disproportionnée », poursuit Jean-Christophe Cantot.

Alors que le Sdis 91 connaît depuis mardi une vague sans précédent d’arrêts maladie _une sorte de grève qui ne dit pas son nom pour dénoncer le manque d’effectifs, une sanction lourde pourrait mettre de l’huile sur le feu. Il n’empêche. Une enquête est en cours et une sanction devra être prononcée. « Ce type de comportement est préjudiciable à l’image des pompiers, martèle Alain Laratta, vice-président du syndicat de cadres Avenir Secours. Les sapeurs-pompiers savent pertinemment que tout excès de langage est interdit et peut très vite se retrouver en boucle sur les réseaux sociaux. C’est maintenant à l’autorité d’emploi, autrement dit au Sdis, de déterminer le niveau de sanction ».

Une lettre ouverte dans le Parisien

Inquiet pour son avenir professionnel, le jeune pompier, en arrêt maladie depuis le mercredi 15 octobre, a écrit, sur les conseils de ses avocats, une lettre ouverte, transmise au quotidien Le Parisien, dans laquelle il dit « regretter » ses propos. Il n’a toutefois pas voulu écrire une lettre d’excuse aux autorités publiques, comme le lui conseillaient ses avocats, jugeant la démarche « humiliante ». Jusqu’ici, ce jeune père de famille, multi médaillé pour des actes de bravoure, n’a jamais fait l’objet d’aucune sanction disciplinaire. Selon nos informations, la direction n’entend nullement prendre une décision à chaud. 

Cet article est en relation avec les dossiers

1 Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le pompier de l’Essonne qui a insulté le président Macron craint d’être révoqué

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

24/10/2019 10h08

Il est totalement anormal qu’un fonctionnaire manque de respect à qui que ce soit et notamment à un élu qu’il soit Président de la République ou élu de base.

La sanction doit être à la hauteur du niveau de l’injure… par contre, il faut aussi prendre en compte le « droit à l’erreur »!
La révocation, s’il s’agit de la première insulte n’est donc pas à mettre en place. Par contre, on peut prévoir une mesure le mettant en cause notamment financièrement (pendant trois mois par exemple) et prévoir que s’il renouvelle une insulte sa révocation sera de droit sans avoir besoin de se prononcer de nouveau sur son comportement.

Etre fonctionnaire c’est d’abord être citoyen, avec des droits mais aussi des obligations. Il faut le rappeler haut et fort pour éviter de remettre en cause notre démocratie.

Ce principe devrait également s’appliquer aux élus dont les députés et sénateurs qui parfois tiennent des propos qui se rapprochent de ceux dénoncés ci-dessus.

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement