Couverture en téléphonie mobile

Plan de couverture des zones blanches

Par • Club : Club Techni.Cités

Si 97,7 % du territoire sont aujourd’hui couverts par les réseaux de téléphonie mobile de deuxième génération, un plan de déploiement permettant la couverture de 364 communes restant en zone blanche a été proposé le 14 janvier 2009. Un plan parfois bloqué, comme pour 5 communes de Moselle, par des considérations historiques, esthétiques et par les relations avec les communes voisines.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’ARCEP évalue à 99,82 % la part de la population actuellement couverte par les réseaux de téléphonie mobile de deuxième génération. Elle représente environ 97,7 % du territoire.

Convaincu de l’enjeu que représente la couverture des territoires par la téléphonie mobile, le gouvernement a lancé un programme de couverture des zones blanches, à la suite de la signature de la convention du 15 juillet 2003 entre l’Etat, l’ADF, l’AMF, l’ARCEP et les trois opérateurs de téléphonie mobile.
Ce plan a pour objectif la couverture des centres-bourgs de l’ensemble des communes recensées en zones blanches.

37 communes à couvrir — Début 2011, il ne reste que 37 communes à couvrir, les centres-bourgs de 2 907 communes (dont 17 en Moselle) ayant été couverts.

Outre le recensement réalisé initialement par les chargés de mission technologies de l’information et de la communication des secrétariats généraux pour les affaires régionales, un nouveau recensement a été réalisé en 2008, permettant d’identifier 364 nouvelles communes situées en zones blanches.

Un plan de déploiement permettant la couverture de ces 364 communes a été proposé le 14 janvier 2009 par les opérateurs et approuvé par le comité de pilotage du plan de couverture.
Cinq communes de Moselle sont concernées par cette extension du plan initial :

  • Oudrenne,
  • Moyeuvre-Petite,
  • Mouterhouse,
  • Saint-Hubert
  • et Wuisse.

Dans ce cadre, un projet d’antenne financée par l’opérateur Bouygues Telecom devait desservir la commune de Saint-Hubert. En raison de la configuration du terrain et de la présence d’une abbaye classée monument historique, l’opérateur a prévu, en concertation avec les maires, d’implanter le pylône sur la commune voisine de Bettelainville, qui ne fait pas partie du programme « zones blanches ».
Cette situation rend difficile la signature d’une convention entre les parties et, de ce fait, bloque actuellement le projet de déploiement dont le principe avait été acté.

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP