Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Cet article vous est proposé par PARTENAIRE

CONTENU PARTENAIRE

Collectivités locales : La sécurité, une préoccupation permanente

Publié le 18/10/2019 • Par Auteur partenaire • dans : Contenu partenaire

GDC_illustration_article_principal
D.R.
Essentiellement en raison de l'actualité et de la pression exercée par les administrés, la question de la sécurité est devenue centrale pour les maires et leurs équipes.

Même si depuis 2000, la responsabilité pénale de l’élu local a reprécisé les infractions non intentionnelles dans le sens d’un relatif allége­ment, la pression n’en demeure pas moins lourde au quotidien sur les épaules des édiles dans ce domaine de la sécurité, à la fois globale et plurielle. Les élus doivent, en effet, se concentrer sans faillir sur la sécurité inté­rieure, alimentaire, sanitaire, routière, des établissements et équipements scolaires, des établissements recevant du public, des équipements sportifs et de loisirs, mais aussi sur la prévention de la délinquance, les risques incendie et techno­logiques, sur les transports, la qualité des eaux de baignade et la sécurité des barrages, sur les risques dits majeurs et sur les catastrophes naturelles ! Heureusement, chacun de ces items est l’objet d’une réglemen­tation sur laquelle ils peuvent s’appuyer pour conduire leurs actions.

Vidéoprotection et police municipale, sujets centraux

Deux sujets phares, voire emblé­matiques de la sécurité… Qu’en est-il aujourd’hui de la vidéosur­veillance et de la police munici­pale dans l’hexagone ? Les deux poursuivent leur développement à un bon rythme. Les données de l’association Villes de France, regroupant les élus des communes de 10 000 à 100 000 habitants et représentant la moitié de la population fran­çaise, donnent la tendance. Dans 90 % des cas, les villes adhé­rentes à l’association disposent en 2018 d’un dispositif de vidéoprotection sur la voie publique (contre 80 % dans l’enquête de 2017 et 73 % dans celle de 2015). Le nombre de caméras installées sur la voie publique se situe en moyenne à 58 (51,7 début 2017, 49,8 début 2015, et 25 en 2010), ce qui démontre la généralisation de ce dispositif en milieu urbain. Pour les villes qui possèdent des projets d’exten­sion de leur réseau, 24 caméras sont prévues en moyenne pour renforcer globalement la sécu­rité, la surveillance aux abords des écoles, des bâtiments acces­sibles aux publics et des sites touristiques.

Si l’efficacité de la vidéoprotec­tion suscite parfois encore des réserves sur sa réelle efficacité, tout le monde s’accorde à dire que le rôle d’une police munici­pale doit être à la fois une police de proximité qui va au contact de la population et un relais d’in­formation du maire, ce en quoi son utilité est tout à fait validée. Dans son très récent Panorama de la police municipale des

Villes de France 2018, l’associa­tion Villes de France souligne sur ce point que parmi les villes enquêtées, pratiquement toutes (98 % d’entre elles) disposent d’une police municipale, c’est-à-dire d’un service avec des agents ayant le statut de policiers municipaux. L’effectif moyen du service de police municipale et des effectifs rattachés se situe à une trentaine d’agents. Il est constitué en majorité de policiers municipaux, d’agents de surveil­lance de la voie publique (ASVP), auxquels il convient d’ajouter les opérateurs vidéo et médiateurs dans certains cas. A noter aussi cette toute dernière évolution : de plus en plus de villes ont fait ou vont prochainement faire appel dans leurs missions, à des moyens modernes d’interven­tion tels que la géolocalisation ou bien les caméras piétons.

Une multitude de services ou d’équipements d’aide à la sécurité

Des organismes extérieurs certi­ficateurs de normes ou décer­nant des labels peuvent tout à fait permettre aux communes de progresser sur toutes les questions ayant trait à la sécu­rité. Des audits peuvent bien sûr être aussi réalisés. A l’ère du numérique, les solutions informatiques métiers sont quant à elles de plus en plus performantes, permettant une action beaucoup plus efficace et contrôlée des services muni­cipaux. Beaucoup de solutions intelligentes pour la vidéosur­veillance ou l’éclairage public, mais aussi intégrées au mobilier urbain sont également appa­rues sur le marché, renforçant le sentiment de sécurité du citoyen évoluant dans un environne­ment plus sûr.

En ce qui concerne la signalé­tique, l’innovation est aussi de mise pour mieux alerter encore la population des dangers éven­tuels, allant de la traditionnelle signalétique à celle connectée ou aux personnages 3D, notam­ment destinés à sensibiliser les usagers de la route à l’approche des écoles.

 

LES FRANÇAIS DE PLUS EN PLUS PRÉOCCUPÉS PAR LA SÉCURITÉ LOCALE, SELON LE BAROMÈTRE FIDUCIAL DE LA SÉCURITÉ*

Les élections municipales se tiendront dans quelques mois et les attentes des administrés sont nombreuses, relève FIDUCIAL. Citée par 50 % des Français, la sécurité locale est la première de leurs préoccupations, devant l’environnement (44 %) et le développement économique (38 %). En 2014, la première place de ce tiercé était occupée par le développement économique (57 %) devant la sécurité (49 %) et l’environnement (43 %).

* Réalisé par ODOXA juillet 2019

 

« Ville Prudente » ou « Village Prudent », un label pour les communes qui s’engagent pour la prévention et la sécurité routière

Organisé par l’association Prévention Routière, le label « Ville Prudente » ou « Village Prudent » récompense des communes engagées pour réduire l’insécurité routière sur leur territoire. Cinq niveaux de labélisation sont décernés selon leur implication et suite à leur engagement dans cette démarche. Les lauréats ont consenti à des aménagements, mené des actions de sensibilisation et de formation aux risques routiers… Quelque 134 communes l’ont déjà obtenu. Prochaine cérémonie d’attribution du label, novembre 2020. A vos inscriptions sur www.villeprudente.fr

 

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement