Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Billet

Taxe foncière : flambe-t-elle vraiment depuis dix ans ?

Publié le 18/10/2019 • Par Cédric Néau • dans : A la Une finances, Actualité Club finances, Billets finances, France

reprise économique
Fotolia
Comme tous les vendredis, retrouvez le billet du Club Finances. Cette semaine, retour sur cette information qui a fait le buzz : la taxe foncière a explosé en 10 ans de + 34,7 % selon une association de défense des propriétaires. La réalité est en fait bien plus nuancée. Comme souvent…

C’est le tube du moment. La taxe foncière flamberait. Et même de 34,7 % en dix ans selon l’Union nationale de la propriété immobilière (UNPI) que cite le Figaro, très en pointe sur une question qui doit particulièrement intéresser ses lecteurs.

On peut toujours discuter de la gravité d’une hausse moyenne annuelle d’environ 3,3 % d’une taxe locale. C’est, grosso modo, le même rythme annuel que le produit global de la fiscalité locale, souvent, sans que les électeurs le sachent. La dernière note de conjoncture de la Banque postale estime ainsi que les recettes fiscales des collectivités devraient croitre en 2019 de 3,1 %.

L’an dernier, elles avaient augmenté de 5,2 % selon le rapport de l’Observatoire des finances et de la gestion publique locale, portées il est vrai par le transfert de TVA aux régions. Hors ce transfert, la hausse a été ramenée à 2,1 %.

En 2017, les recettes fiscales avaient progressé de 3,8 %, en 2016 de 2,9 % et en 2015 de 5,1 %. Selon la Cour des comptes, une bonne moitié de cette augmentation proviendrait de la seule hausse physique et forfaitaire annuelle des bases.

Il est vrai en revanche qu’avec les DMTO, le produit de la taxe foncière a le plus progressé ces dernières années.

Les départements à l’index

Entre 2015 et 2018, le montant de la taxe foncière sur les propriétés bâties a augmenté de 10,5 % sur l’ensemble des collectivités contre seulement 4,5 % pour la taxe d’habitation. Mais les communes ne sont pas les plus coupables. Si le produit communal a pu croître de 7,7 % entre ces mêmes années pour une croissance de 4,5 % de la TH, la taxe foncière départementale a progressé, elle, de 12,1 % sur la même période.

L’étude de la banque postale sur les 30 ans de fiscalité locale est sans appel : les pyromanes de la taxe foncière ont été les départements. Le produit de la taxe foncière départementale a explosé à + 66 % en dix ans, avec des évolutions allant de + 41 % à + 102 %. Ramenée sur près de vingt ans, la hausse est certes plus lissée, mais reste structurellement supérieure à celle du bloc communal. L’étude relève :

« Entre  2001  et  2013,  la  progression  des  taux  est  de  1,3  %  en  moyenne  annuelle  pour  le  bloc  communal  contre 3,2 % pour les départements (après correction de l’effet de transfert du taux régional et d’une partie des frais de gestion de l’État en 2011). En  fin  de  période,  un  ralentissement  dans  l’utilisation  du  levier  fiscal  est  observé.  Sur  les  cinq  dernières  années  (2013-2018),  l’évolution  annuelle  moyenne  est de + 1,0 % pour le bloc communal et + 1,4 % pour les départements »

Responsables, mais pas autant coupables

Mais attention à ne pas condamner trop vite les départements. Sur la même période décennale, les bases brutes ont augmenté de 33 % en moyenne. Mais celles-ci ont grandement varié entre départements en fonction du choix politique des élus, mais aussi du poids des entreprises, des bâtiments publics, des personnes de condition modeste, des logements sociaux, etc.

L’Etat prend aussi sa part. En retardant, d’abord la revalorisation des bases locatives. Mais aussi en intégrant toujours davantage dans les variables d’ajustement les compensations des exonérations liées à la taxe foncière, jusqu’à ne couvrir que 16 % du montant exonéré de la taxe en 2016 selon les calculs de l’OFGL. Comment, dans ces conditions, résister à la tentation d’augmenter ses taux, alors que la pression financière liée à la hausse des dépenses sociales mais aussi à la contribution au redressement des comptes publics ne cesse de s’accroître ?

La bonne nouvelle pour les lecteurs du Figaro vient finalement de la réforme fiscale puisqu’elle retire la maîtrise de la taxe foncière à des départements flambeurs au profit des communes qui se sont montrées plus raisonnables. Du moins tant qu’elles avaient la taxe d’habitation pour se permettre cette modération…

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Taxe foncière : flambe-t-elle vraiment depuis dix ans ?

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

18/10/2019 05h07

Je trouve la l’avant-dernière phrase de ce billet particulièrement déplacée: « … départements flambeurs au profit de communes qui se sont montrées plus raisonnables. »

J’habite en effet une commune qui truste le podium des TFFB et TFFNB depuis de nombreuses années avec des taux respectifs de l’ordre de 50% et de 187%… dire que les élus de cette commune ont été raisonnables est donc une affirmation sans fondement d’autant qu’à un moment donné le solde des emprunts en cours défrayait l’entendement… en un mot tous les indicateurs de gestion étaient dans le rouge!

J’ai pris la peine de lire l’étude de « la banque postale » avant d’émettre un quelconque avis. Cette étude est précise mais comme toutes les études elle donne un aspect macro-économique (niveau du département) et ne prend pas en compte les extrêmes comme celui que je viens de citer pour la commune que je connais bien.
Enfin, dire que certains élus se sont montrés raisonnables est aussi aller un peu vite: certaines communes ont des taux de TFFB, TFFNB et TH tellement faibles que sans les aides des Départements et/ou des Régions, elles seraient dans l’incapacité de réaliser quoi que ce soit!

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement