Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Analyse data

DMTO : un trésor pour les départements bien mal réparti

Publié le 17/10/2019 • Par Cédric Néau Romain Gaspar • dans : A la une, A la Une finances, Actu experts finances, France, Toute l'actu finances

fiscalité locale
Metamorworks/Adobestock
Avec l'aide de l'Observatoire des finances et de la gestion publique locales, le Club Finances dévoile l'évolution des montants des droits de mutation à titre onéreux (DMTO) depuis 2012 et ceux de péréquation. Cette ressource territorialisée deviendra la seule à pouvoir de taux pour les départements à partir de 2021 si la réforme fiscale est votée en l'état. L'enjeu de sa croissance, sa prévisibilité et de sa répartition est donc primordiale pour les départements.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Tous les experts s’accordent sur ce constat : les départements, qui se réunissent depuis le 16 octobre en congrès à Bourges, sont pour le moment les grands perdants de la réforme fiscale. L’Afigese a en effet tiré la sonnette d’alarme dès cet été sur la possible « impasse budgétaire » dans laquelle la nouvelle architecture fiscale discutée à l’Assemblée nationale depuis lundi 14 octobre pourrait engager les départements, particulièrement en cas de retournement de la conjoncture économique.

Plus récemment, Standards and Poor’s (S&P) a rappelé dans une note que le projet de transfert d’une 14,5 milliards d’euros de TVA aux départements « pourrait affaiblir en comparaison des autres échelons territoriaux français, en réduisant leur flexibilité budgétaire et en accroissant la volatilité de leurs budgets ».

L’agence de notation s’appuie sur les conclusions d’une simulation qu’elle avait effectuée en juin dernier : selon ses calculs, 16,7 % des recettes départementales dépendraient des taxes sur les transactions immobilières et les ventes d’actifs, contre 4,4 % en moyenne dans les 14 plus grandes puissances étudiées par S&P. En intégrant les taxes foncières, 40 % des ressources des départements français proviennent de l’immobilier contre 17,1 % en moyenne pour les autres autorités locales prises en compte.

Stratégiques DMTO

Parmi ces taxes, figurent en premier plan les fameux droits de mutation à titre onéreux, les DMTO, qui sont actuellement la deuxième ressource de ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Les préalables à la certification des comptes des collectivités locales

de Experts Comptables

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

DMTO : un trésor pour les départements bien mal réparti

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement