Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Fonction publique territoriale

L’encadrement du droit de grève, une bombe à retardement

Publié le 22/10/2019 • Par Emmanuel Franck • dans : A la une, France

MANIF  EMPLOYES TERRITORIAUX GRAND AUCH
PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI/MAXP
La loi de transformation de la fonction publique encadre l’exercice du droit de grève dans les collectivités, qui attendaient cette mesure. Certains syndicats préparent la réplique, notamment la CGT, qui fourbit ses arguments juridiques.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Les dispositions étaient un peu passées inaperçues parmi les 95 articles de la loi de transformation de la fonction publique. Aux termes de l’article 56 de la loi du 6 août 2019, désormais, les salariés d’une dizaine de services publics gérés par les collectivités (collecte des déchets, transports publics, accueil des enfants, etc.) doivent informer leur employeur 48 heures avant de se mettre en grève ; le cas échéant, il leur en coûtera au minimum une journée de salaire.

Pour ces salariés, il n’est donc plus possible de cesser le travail sans prévenir, ni de faire grève une heure en ne perdant qu’une heure de salaire (grève perlée). Ces dispositions « s’appliquent à toutes les collectivités et à tous les agents publics, titulaires comme contractuels », déclare Johan Theuret, directeur général adjoint chargé du pôle des ressources de la ville et de la métropole de Rennes, également président de l’Association des DRH des grandes collectivités.

L’article 56 invente la désignation, par accord, des agents « indispensables » à la continuité des services publics concernés. « Nous n’étions pas demandeurs de ce service minimum, introduit dans la loi par le gouvernement », précise ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Covid : nouveaux enjeux, nouvelles mobilités

de La Rédaction de la Gazette des communes avec le soutien de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’encadrement du droit de grève, une bombe à retardement

Votre e-mail ne sera pas publié

mac

23/10/2019 09h31

Je rappelle juste que pour la FPE le décompte de la journée complète est déjà la règle, il s’agit donc d’une harmonisation.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement