Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Travail social

Des étudiants du social pris au piège de l’entre-deux réformes ?

Publié le 18/10/2019 • Par Catherine Maisonneuve • dans : France, Toute l'actu RH

Piège
AdobeStock
Pas de rattrapage, pas de redoublement : la dernière promotion d’étudiants en travail social d’avant la réforme des diplômes d’Etat n’aura pas droit à l’erreur en 2020.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La réforme de cinq diplômes de travail social de niveau III devenu II est entrée en vigueur à la rentrée 2018, quelques jours seulement après la parution des textes officiels, ce qui n’avait laissé que peu de temps aux centres de formations pour organiser sa mise en œuvre.

Les premières promotions de diplômés d’Etat nouvelle version d’assistants de service social (DEASS), éducateurs spécialisés (DEES), éducateurs techniques spécialisés (DEETS), éducateurs de jeunes enfants (DEEJE) et conseillers en économie sociale et familiale (DECESF) sortiront en 2021 avec un grade de licence (Bac+3). Les collectivités locales qui sont de gros employeur découvriront un nouveau profil.

Une tribune pour alerter

Mais quid de la dernière promotion des diplômés version 2007 ? Déjà, dans les murs de la même école, elle doit avaler la couleuvre de rester scotchée au niveau Bac+2 avec trois ans d’études, mais se profile une grave difficulté qu’une tribune d’étudiants parue dans les Actualités sociales hebdomadaires (ASH) vient de pointer : au titre des « dispositions transitoires et finales » aucun des arrêtés du 22 août 2018, DE par DE, ne prévoit le cas de figure d’étudiants n’ayant pas validé tous leurs domaines de compétences (DC) lors de la session d’examen 2020.

L’article 11 de chacun des arrêtés dit, lapidairement et de manière identique :

« I.-L’arrêté du 20 juin 2007 relatif au diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé est abrogé à l’issue de la session d’examen 2020.
II.-Les formations entamées avant le 1er septembre 2018 et la délivrance des diplômes d’Etat d’éducateur spécialisé jusqu’à la session d’examen 2020 restent régies par l’arrêté du 20 juin 2007 relatif au diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé. »

On peut estimer entre 8 et 9000 le nombre actuel d’étudiants de 3e année potentiellement concernés par le couperet – par extrapolation de données portant sur 2017 mais qui ne tiennent pas compte des interruptions de scolarité et des redoublements…

Chiffres 2017

  • DEASS : 7585 inscrits en formation dont 2408 en première année
  • DEES : 13935 /4267`
  • DEETS : 569/155
  • DEJE : 5802/1940
  • DECSF : 1865 (année unique)

Un cursus à refaire ?

Désormais, pas de « rattrapage » via l’ancien dispositif de validation des DC les années suivant la session, pas de redoublement non plus… Rien ? Retour à la case départ d’un nouveau cursus de trois ans, ne serait-ce que pour un seul DC ? Ubuesque… C’est pourtant la crainte des signataires qui s’estiment laissés « sur le carreau ».

« Le manque de considération que vous portez aux étudiant-e-s du travail social ne peut que nous laisser envisager un avenir sombre dans l’évolution de notre secteur et dans l’accompagnement des publics » écrivent-ils avec amertume à l’adresse d’Agnès Buzyn, dont le ministère est en train de plancher sur le travail social à l’horizon 2030…

Une première pétition a recueilli plus de 15 000 signatures et les formateurs en travail social viennent de prendre le relais. Une journée de mobilisation est prévue au niveau national mi-novembre (la date restant à confirmer), chaque étudiant étant invité à se rendre à la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS) de sa région.

 

L’exemple de la formation d’éducateur spécialisé

Selon la dernière étude thématique réalisée par la Drees, 13 900 élèves étaient inscrits en 2017 dans l’un des 85 établissements dispensant une formation d’éducateur spécialisé, dont 4 300 en première année – dernière promo du DE version 2007. Dans cette filière, la baisse de 10% sur 5 ans du nombre de diplômés (4 100 en 2017) s’explique pour beaucoup par un recul important du nombre de candidats à l’entrée en formation. C’est le cas des autres DE ex-niveau III qui ont connu la même crise de vocation.

Sept étudiants sur dix perçoivent une aide financière pour leur formation. Pour 56 % d’entre eux, elle provient soit d’un conseil régional ou départemental, soit elle dépend de leur statut de demandeur d’emploi.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Des étudiants du social pris au piège de l’entre-deux réformes ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement