Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[édito] Promesses

Encore des mots, toujours des mots

Publié le 18/10/2019 • Par Delphine Gerbeau • dans : France

promesse
Mi.Ti / AdobeStock
Après la mobilisation des « gilets jaunes » et le grand débat, le président de la République et son gouvernement n’ont cessé de multiplier les annonces, pour démontrer leur prise de conscience. Les territoires attendent désormais des actes, qui tardent à venir.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Il y a un an, les premières manifestations de ce que l’on allait appeler « la crise des gilets jaunes » commençaient à poindre, avant d’exploser en novembre 2018.

Trois mois de grand débat sur les territoires ont, depuis, montré la nécessité de déplacer le curseur des politiques publiques, des métropoles vers les périphéries, qu’elles soient périurbaines ou rurales. Le président de la République et son gouvernement n’ont cessé, depuis ce printemps, de multiplier les annonces, pour démontrer leur prise de conscience.

Transports à la traîne

Après les déclarations, les territoires attendent des actes, et ceux-ci tardent à venir. Au centre de la crise du printemps, la mobilité et le désenclavement des territoires dits « interstitiels » auraient dû être de gros enjeux du projet de loi d’orientation des mobilités, et l’occasion pour le gouvernement d’amorcer un réel changement de cap.

Force est de constater, alors que le texte arrive en seconde lecture au Sénat, que le compte n’y est pas. L’absence d’accord sur le financement de la prise de compétence « mobilité » par les communautés de communes, qui était l’un des objectifs initiaux de la loi, le démontre.

Financements sonnants et trébuchants

Le dossier « ruralité » est un autre exemple de ce miroir aux alouettes dont on attend qu’il se transforme en financements sonnants et trébuchants. Le 20 septembre, au congrès des maires ruraux, Edouard Philippe évoquait un plan en 173 mesures en faveur des territoires ruraux… sans parler de financement.

Les contrats de ruralité, les zones de revitalisation rurale seront renouvelés, a affirmé le Premier ministre, mais où sont les lignes budgétaires ? Des réunions ont eu lieu, depuis, à Matignon, pour rassurer les auteurs de l’« agenda rural » qui a inspiré ce plan. On assure que des amendements seront déposés au projet de loi de finances pour 2020 et que des annonces seront faites, après les élections municipales.

Attention à ne pas trop tarder, sous peine de voir se réveiller les feux encore chauds.

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Encore des mots, toujours des mots

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

21/10/2019 11h11

Analyse intéressante… qui oublie de préciser comment on pourra payer ces nouvelles charges!
Faut-il augmenter les prélèvements obligatoires? Faut-il revoir les missions des collectivités à budget constant?

Pour ma part, j’ai toujours tendance à affirmer que diriger c’est choisir ET que les arbres ne grimpent pas jusqu’au ciel. Il faut donc se donner des priorités (on ne peut pas tout faire) et diriger les crédits vers ces dernières. Sinon, on ne répond pas à l’autre point présenté par les gilets jaunes: « ras le bol des prélèvements obligatoires »!

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement