logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/643792/quand-toute-une-region-concourt-au-succes-de-la-filiere-equine/

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE
Quand toute une région concourt au succès de la filière équine
Sophie Le Renard | France | Innovations et Territoires | Régions | Publié le 23/10/2019 | Mis à jour le 16/10/2019

La présence, de longue date, de chevaux en Normandie a conduit les collectivités, en particulier la région, à développer une politique en faveur de la filière équine. Cette politique est un outil de développement économique pour les entreprises du secteur dans leur diversité : hippodrome, centre hippique, centre d’équitation… Le Conseil des chevaux de Normandie, financé en grande partie par la région, est très actif, de même que le pôle d’excellence sur la santé des chevaux.

 Deauville, Saint-Lô, Cabourg ou les concours hippiques qui se déroulent au Haras national du Pin font de la Normandie une terre de chevaux. Ces grands événements n’en sont toutefois que la partie visible. « Ils permettent de valoriser la filière. Nous sommes la seule région au monde à disposer des trois disciplines phares : trot, galop et dressage », précise Lola Quitard, directrice du Conseil des chevaux de Normandie (CCN).

Le conseil des chevaux est une structure qui existe partout en France à l’échelon régional. Le CCN, très actif, est doté d’un budget de 500 000 euros, financé en majorité par la région. C’est un lieu d’animation et de promotion de la filière équine. Organisé en collèges thématiques, il regroupe les acteurs du secteur : éleveurs de galop, de trot, professionnels du pôle hippique, de la recherche et de l’innovation… Avec une concentration mais aussi une diversité des entreprises, tout un écosystème se déploie sur le territoire normand. Il compte 6 500 sociétés en ...

CHIFFRES CLES

Budget

Conseil des chevaux de Normandie : 500 000 euros, financés par la région (60 %), la ville de Cabourg (2 %), l’Etat (3 %), le fonds Eperon (10 %), des prestations et partenariats (20 %), les cotisations (5 %).

 


POUR ALLER PLUS LOIN