Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Noms de rue

Ces maires qui veulent une rue Jacques Chirac

Publié le 10/10/2019 • Par Robin Richardot • dans : France

jacques-chirac
©LUDOVIC/REA
Depuis la mort de l’ancien président, le 26 septembre, de nombreuses villes souhaitent rendre hommage à l’homme d’Etat en lui attribuant une rue, une place ou même un jardin.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Eric Pensalfini n’attend plus que l’autorisation de la famille Chirac qu’il a sollicitée. Comme plusieurs maires la semaine dernière, le premier édile de Saint-Max (Meurthe-et-Moselle) a fait voter une délibération en conseil municipal pour qu’une rue ou une place rende hommage à l’ancien chef de l’Etat, décédé le 26 septembre. Pour cette commune, ce sera le parvis de la mairie qui portera le nom de l’ancien président de la République. Et la date d’inauguration est déjà toute trouvée : le 29 novembre, date d’anniversaire de Jacques Chirac. A Meaux, Jean-François Copé n’a pas perdu de temps. Le maire LR a inauguré ce samedi la première place Jacques Chirac de France.

Ces initiatives devraient se multiplier d’ici 2020, notamment dans les grandes villes. A Toulouse, l’idée est de rebaptiser le boulevard des Crêtes en avenue Jacques-Chirac à l’est de la ville. Du côté de Marseille, c’est un rond-point qui devrait rendre hommage à l’ancien président, celui du Prado, juste au pied du Vélodrome. Jacques Chirac devrait aussi avoir le droit à un jardin à Arcachon, à un parc à Nîmes ou encore à un palais des congrès à Montpellier par exemple.

En souvenir de la chroucroute présidentielle

D’autres villes comme Dijon, Nancy ou Grenoble ont indiqué vouloir dédier un endroit à l’ancien chef d’Etat mais réfléchissent encore à l’emplacement qui lui sera accordé. Idem pour Paris qui se doit de rendre hommage à son premier maire élu en 1977 et qui le restera jusqu’en 1995. La capitale attend généralement quelques années avant d’attribuer le nom d’une personnalité décédée à un lieu, le temps que l’émotion retombe. Mais Jacques Chirac devrait être une exception, explique Catherine Vieu-Charier, adjointe chargée de la mémoire.

Les villes plus modestes célèbrent aussi l’ancien chef du RPR. Sans surprise, la demande émane le plus souvent de maires ou de groupes d’opposition de droite. Ces discussions sont alors l’occasion de se remémorer le passage de l’ancien président dans la commune. C’est le cas notamment à Cernay dans le Haut-Rhin. L’homme d’Etat s’y est rendu cinq fois.

La visite du 20 mai 2006 a marqué le maire Michel Sordi (LR). « On avait organisé une choucroute présidentielle, raconte-t-il. Sa directrice de cabinet à l’époque m’avait dit : “Ne mettez pas des parlementaires à sa table, il les voit toute la semaine à Paris. Mettez la France de tous les jours“. On a passé un grand moment d’échanges et de réunion. » A la fin du repas, l’invité de marque ira saluer les 450 convives un à un. Cela méritait bien l’inauguration d’une future place Jacques Chirac juste devant l’hôtel de ville.

Loin derrière De Gaulle

De manière étonnante, la Corrèze semble moins concernée par ce type d’hommage. Rien n’est prévu à Tulle pour le moment, préfecture du département qui a vu naître la carrière politique de Jacques Chirac. Les discussions sont en cours à Ussel, qui a assisté à sa première grande victoire électorale en 1967. La question ne se pose pas à Brive en revanche. L’avenue Jacques-et-Bernadette-Chirac existe déjà depuis juin 2018.

Malgré tout, Jacques Chirac aura du mal à détrôner son aîné, Charles De Gaulle. Selon le FANTOIR de juillet 2019 (fichier énumérant tous les noms de voies et lieux-dits en France), le général reste la personnalité la plus présente sur les plaques de nos rues avec au moins 4 000 apparitions. Loin devant Louis Pasteur et Victor Hugo, qui complètent le podium. Mais Jacques Chirac pourrait concurrencer ses autres prédécesseurs, François Mitterrand et Georges Pompidou. Les deux anciens présidents comptent respectivement 475 et 450 voies environ.

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Prochain Webinaire

Crise sanitaire & Collectivités : quelle solution numérique pour accompagner les plus vulnérables ?

de Hitachi Solutions

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Ces maires qui veulent une rue Jacques Chirac

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement