Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Statut de la fonction publique

Selon le juge, l’entretien professionnel de l’agent a un caractère indivisible

Publié le 08/10/2019 • Par Sophie Soykurt • dans : Actu juridique, France

Justice 4
Pixabay
Par une décision du 17 septembre, la Cour administrative d’appel de Marseille a confirmé qu’un agent ne peut pas demander l’annulation partielle de son évaluation.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Affecté au sein d’un office public de l’habitat, un fonctionnaire territorial, agent de maîtrise a fait l’objet d’une évaluation professionnelle par son supérieur hiérarchique. Mais quelques mois plus tard, le directeur général des services de l’office a annoté le compte rendu de l’entretien d’évaluation, exprimant son désaccord sur le bon niveau de qualité relationnelle de l’intéressé avec sa hiérarchie. L’agent a alors demandé la révision de cette annotation mais face au refus du directeur général des services, il a alors saisi le juge administratif afin d’en obtenir l’annulation. En première instance, sa demande a été rejetée et c’est à la Cour administrative d’appel de Marseille qu’il est revenu de se prononcer en appel.

Après avoir rappelé les dispositions législatives et réglementaires applicables en la matière, la Cour a pris soin d’indiquer que l’entretien professionnel d’un agent public a un caractère indivisible.

En conséquence, elle en déduit que la demande d’annulation partielle de son évaluation faite par l’agent auprès du DGS ne pouvait qu’être rejetée. Il ne pouvait demander l’annulation de la seule annotation portée par le DGS sur le compte-rendu de son évaluation.

Domaines juridiques

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

L’adresse, outil de connaissance des territoires et levier d’efficacité des politiques publiques

de La Poste Solutions Business

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Selon le juge, l’entretien professionnel de l’agent a un caractère indivisible

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement