Mobilité

Versailles, Pau, Béthune… C’est parti pour les premiers bus à hydrogène !

| Mis à jour le 14/10/2019
Par • Club : Club Techni.Cités

Les trois collectivités lancent l’exploitation commerciale des premiers bus électriques à hydrogène en France qui pourraient constituer à terme une alternative de plus de bus urbains « propres » et participer au développement d’une nouvelle filière industrielle de production d’hydrogène.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

cet article fait partie du dossier

Une bouffée d'oxygène pour l'hydrogène

 

Le 12 septembre dernier, Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France et d’Ile-de-France Mobilités et François de Mazières, président de la communauté d’agglomération Versailles Grand Parc (18 communes, 265 000 habitants) et maire (sans étiquette) de Versailles ont inauguré en grande pompe les deux premiers bus à hydrogène mis en exploitation commerciale en France. Ils circulent sur la ligne Versailles Chantiers-Jouy-en-Josas (Yvelines), longue de 12,5 km, et empruntée par 1 000 voyageurs chaque jour.

Cette initiative s’inscrit dans une volonté de mettre en place une politique ambitieuse pour sortir définitivement les transports en commun du diesel. « Notre objectif est de constituer en 2025 une flotte de bus propres dans les zones urbaines denses de Paris et de sa petite couronne par l’acquisition de 5 000 bus, dont les deux tiers seront électriques et un tiers au GNV, et de s’équiper à l’horizon 2029 de 5 000 bus supplémentaires pour la grande couronne, dont un tiers seront électriques et deux tiers au GNV », indique Jean-Louis Perrin, directeur adjoint d’Ile-de-France Mobilités. Mais le syndicat mixte francilien compte tester d’autres technologies de motorisation propres, notamment à l’hydrogène. « On prévoit d’autres expérimentations sur d’autres sites, sur plusieurs bus avec une autre technologie de production d’hydrogène par électrolyse sur place d’ici à 6 mois », révèle-t-il.

En attendant, les deux bus à hydrogène de marque Van Hool exploités par l’opérateur de transport public Savac sont rechargés quotidiennement à la station dédiée de Loges-en-Josas (Yvelines) réalisée par le groupe Air Liquide. « Notre territoire a été choisi comme terre d’expérimentation de l’hydrogène grâce à sa vocation de pôle régional de recherche qui concentre un bon nombre d’établissements comme le technocentre de Renault à Guyancourt ou l’institut Vedecom à Versailles dédié à la R&D sur les futures mobilités telles que les véhicules autonomes et connectés et les véhicules électriques », souligne François de Mazières.

Coût total : 6 millions d’euros

Pour contribuer au développement de la filière hydrogène industrielle et écologique et faire de Versailles Grand Parc, à cheval sur les Yvelines et l’Essonne, un territoire pionnier, « cette expérimentation consiste à exploiter pendant 7 ans les deux bus à hydrogène Van Hool pour tester les performances de ce type de véhicule sur sa robustesse, ses coûts, sa rentabilité, son autonomie et sa maintenance », selon Jean-Louis Perrin.

D’un montant total de près de 6 millions d’euros (pour les bus et la station de recharge), cette expérimentation, qui s’inscrit dans le cadre du programme européen 3Emotion, est financée par Ile-de-France Mobilités à hauteur de 59%, par la communauté d’agglomération Versailles Grand Parc à 9% et par un fonds européen à 32%.

C’est aussi dans le cadre du programme européen 3Emotion que Pau (Pyrénées-Atlantiques), s’apprête à lancer en novembre, après de nombreux tests en conditions réelles de trafic, l’exploitation de 8 bus-tram Van Hool à hydrogène qui circuleront sur une ligne traversant la ville sur 6 km. Son maire François Bayrou (Modem), a marqué le démarrage de cette initiative par l’inauguration le 20 septembre, de la station de recharge des bus conçue par Engie et ITM Power, et qui produira de l’hydrogène sur place par électrolyse de l’eau. « Je suis fier que tout commence ici et que Pau devienne le centre du monde pour les énergies propres », a-t-il déclaré. La capitale béarnaise serait la première ville au monde à offrir une technologie de distribution d’hydrogène produit localement. Ce projet, dénommé Febus, représente un investissement global de près de 15 millions d’euros pour les bus et la station hydrogène.

Au nord de la France, il faut également signaler le projet de la ligne de bus à hydrogène sur le réseau TADAO ; il est porté par les trois communautés d’agglomération  CALL (communauté d’agglomération de Lens-Liévin), CAHC (Communauté d’agglomération Hénin-Carvin) et CABBALR (communauté d’agglomération de Béthune-Bruay Artois-Lys-Romane, via le syndicat mixte des transports Artois-Gohelle. Le but est d’acquérir 6 bus à hydrogène du fabricant français Safra. Attendue pour une exploitation commerciale mi-octobre, la ligne dite Bulle 6 entre Bruay-La-Buissière et Auchel (Pas-de-Calais) est longue de 13 km et exploitée par Transdev. Ces bus pourront être rechargés au quotidien à la station de production d’hydrogène par électrolyse de l’eau sur la place d’Houdain (Pas-de-Calais), une installation réalisée par Engie et McPhy Energy. D’un coût total de près de 13 millions d’euros, cette ligne de bus à hydrogène s’inscrit dans un projet local de réorganisation globale du réseau de transports, dont le montant est de 405 millions d’euros, incluant notamment l’achat de bus hybrides, d’importants travaux de voirie, la rénovation de dépôts de bus et des transformations de la billetterie.

Dossier
Commentaires

2  |  réagir

14/10/2019 09h13 - Syndicat mixte des transports Artois-Gohelle

Le projet de la ligne hydrogène sur le réseau TADAO est partagé à niveau égal par trois communautés d’agglomération différentes : CALL (communauté d’agglomération de Lens-Liévin), CAHC (Communauté d’agglomération Hénin-Carvin) et CABBALR (communauté d’agglomération de Béthune-Bruay Artois-Lys-Romane.
Merci

Signaler un abus
    14/10/2019 11h37 - Arnaud Garrigues

    Bonjour,
    Merci pour cette précision. L’article a été modifié en conséquences.
    Cordialement,
    La Rédaction

    Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

L’adresse, outil de connaissance des territoires et levier d’efficacité des politiques publiques

de La Poste Solutions Business

--
jours
--
heures
--
minutes

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP