Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[édito] Logement

Logement social : jusqu’ici, tout va bien

Publié le 20/09/2019 • Par Delphine Gerbeau • dans : France, Régions

Observation à la longue-vue
Adam121/Adobestock
Il y a deux ans pile, le monde HLM était KO debout : Bercy venait de gagner le combat mené depuis des années pour faire baisser la charge sur le budget de l’Etat des aides personnelles au logement (APL).

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Il y a deux ans pile, le monde HLM était KO debout : Bercy venait de gagner le combat mené depuis des années pour faire baisser la charge sur le budget de l’Etat des aides personnelles au logement (APL).

Un tour de passe-passe au doux nom de « réduction de loyer de solidarité » qui visait à faire assumer par les bailleurs sociaux cette baisse, pour un montant de 800 millions d’euros les premières années, puis de 1,6 milliard. La diminution des APL allait faire s’écrouler la production de logements sociaux en France, alors que l’on compte plus de deux millions de demandeurs, alertait le monde HLM.

Changement de modèle

A ce jour, la catastrophe annoncée n’a pas – encore – eu lieu. Le nombre d’agréments délivrés pour la construction de logements sociaux devrait même être en légère hausse en 2019, après avoir sensiblement baissé en 2017 et 2018. Il devrait tourner autour de 110 000, un niveau haut qu’expliquent, en partie, des projets accélérés avant les élections municipales.

Mais les mesures imposées, telles que les ventes de logements sociaux pour apporter des fonds propres aux organismes, la création d’un organisme de vente national porté par Action logement pour faire des acquisitions en bloc et les rapprochements de bailleurs sociaux pour constituer de grands groupes, pourraient, petit à petit, modifier le modèle français du logement social. Et le faire basculer vers une logique beaucoup plus financière.

Peau de chagrin

Le logement social, aujourd’hui bien commun de la Nation par son mode financement, deviendrait un outil d’investissement et de spéculation de moyen ou long terme, avec un caractère social à durée déterminée et un intérêt général réduit à peau de chagrin.

Sans compter que la réforme fiscale pourrait avoir un effet dissuasif auprès des communes pour accueillir de nouveaux logements. Sur ce sujet, comme sur d’autres, nos hauts fonctionnaires feraient bien de regarder ailleurs, par exemple en Allemagne ou en Angleterre, avant qu’il ne soit trop tard.

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Logement social : jusqu’ici, tout va bien

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement