Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Cinéma

De la construction à l’exploitation, des cinémas livrés sur un plateau

Publié le 27/09/2019 • Par Béatrice Girard • dans : Actualité Culture, Innovations et Territoires, Régions

cinema-Andrey2017-AdobeStock_162174593
@ Andrey2017 - Adobe Stock
Pour limiter les investissements et réduire les délais, des petites communes confient la construction ou la réhabilitation de leur cinéma à des maîtres d’œuvre privés. Ces municipalités, qui n’intéressent pas forcément les majors du secteur, n’ont pas toujours les moyens ni les compétences internes pour bâtir et exploiter des salles.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

A Biscarrosse, dans les Landes, la façade années 20 du cinéma Le Renoir a retrouvé tout son lustre… et même plus. Inauguré en avril, après une année de travaux, il compte désormais quatre salles, contre deux auparavant. Autre décor à Saint-Chamond (35 300 hab., Loire), où, là aussi, le cinéma Véo Grand Lumière est flambant neuf : il a été construit dans l’ancienne halle industrielle occupée par l’entreprise Giat industrie jusqu’en 2005.

Ces deux communes ont confié leurs projets à des maîtres d’œuvre privés. Des choix dictés avant tout par des impératifs financiers et le souhait de déléguer une mission globale garantissant la livraison d’un équipement clé en main. « Nous sommes une ville moyenne et malgré nos ambitions culturelles, nous n’aurions pas eu les moyens de construire un tel cinéma », résume Hervé Reynaud, le maire de Saint-Chamond.

Grand public et Art et essai

Situé sur une ancienne friche industrielle réaménagée en quartier mixte, le Véo Grand Lumière a été construit par la société Véo ciné qui déploie un réseau de cinémas indépendants mêlant programmation grand public et « art et essai », en association avec ID-ciné, société toulousaine qui a réalisé l’assistance à maîtrise d’œuvre (de l’audit juridique, financier, technique, jusqu’au suivi et la réalisation du chantier).

Avantage pour les communes ? « Des économies substantielles et la garantie d’une expertise qui nous manquait en interne, assure le maire de Saint-Chamond. L’équipement du cinéma a nécessité un budget de 6,1 millions d’euros, mais nous n’avons investi que 350 000 euros sur le budget communal. Le reste a été complété par des subventions publiques et surtout, par un investissement privé de 4 millions d’euros.

In fine, Véo ciné est propriétaire et gère la programmation. Chacun y trouve son compte. » Pour la commune de Saint-Chamond, il était important de maintenir une part de programmation « art et essai » et une offre tarifaire accessible. « Nous ne souhaitions pas une programmation décidée par les majors. En travaillant avec Véo ciné, nous avons pu bâtir une offre sur mesure et conserver des tarifs accessibles avec un prix moyen de 5,80 euros la place, contre 9 ou 10 dans les majors », décrit le maire.

Epauler les communes de petites tailles

Dans ce dispositif, ID-ciné se définit comme « une cheville ouvrière entre le public et le privé ». Entre ces élus qui veulent un cinéma mais n’ont pas toujours le temps ni le savoir-faire pour de tels projets, et ces exploitants de cinémas privés qui sont de leur côté désireux d’agrandir leurs salles. « Nous ne proposons pas une offre industrialisée, explique Henry Maitre, le fondateur. Nous accompagnons plutôt la construction ou la réhabilitation de cinémas de cœur de ville, parfois même atypiques. »

Du côté de la  Drac,

[60% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Références

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

L’adresse, outil de connaissance des territoires et levier d’efficacité des politiques publiques

de La Poste Solutions Business

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

De la construction à l’exploitation, des cinémas livrés sur un plateau

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement