logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/638565/propos-inappropries-dun-agent-pas-dapologie-du-terrorisme-mais-une-atteinte-au-devoir-de-reserve/

STATUT DE LA FONCTION PUBLIQUE
Propos inappropriés d’un agent : pas d’apologie du terrorisme mais une atteinte au devoir de réserve
Sophie Soykurt | Actu experts prévention sécurité | Actu juridique | France | Textes officiels prévention-sécurité | Publié le 17/09/2019

Même si les propos tenus par un agent public durant son service ne peuvent pas être qualifiés d’apologie du terrorisme, ils relèvent un manquement à son devoir de réserve et justifient qu’une sanction disciplinaire ait été prise à son encontre.

mann mit anzug legt finger auf lippen [1]

Au lendemain de l’attentat commis contre la rédaction du journal satirique « Charlie Hebdo », un professeur certifié de philosophie affecté dans un lycée s’est vu reprocher d’avoir tenu des propos inappropriés tendant à légitimer l’assassinat des journalistes.

Le recteur d’académie l’a alors suspendu de ses fonctions pour une durée de quatre mois, puis a pris à son encontre une sanction disciplinaire de déplacement d’office avec affectation en zone de remplacement.

« Les crapules de Charlie Hebdo »

En première instance, le juge administratif a rejeté ses demandes d’annulation de cette sanction, il a donc fait appel du jugement devant la Cour administrative d’appel de Paris.

S’agissant tout d’abord de la suspension de l’intéressé, la Cour a rappelé, s’appuyant sur

REFERENCES


POUR ALLER PLUS LOIN