Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Patrimoine

En fait-on vraiment trop pour le patrimoine ?

Publié le 16/09/2019 • Par Judith Chetrit • dans : Actualité Culture, France

Alexi Tauzin-AdobeStock-patrimoine-rouen
© Alexis Tauzin via Adobe Stock
Depuis l’incendie de Notre-Dame, le 15 avril, la France observe son patrimoine à la loupe et les questionnements qui traversent habituellement le secteur dépassent les frontières. Au-delà de l’enquête sur les origines du feu ravageur, ce sont le pilotage, la sécurité et le financement des opérations d’entretien et de restauration qui ont focalisé l’attention.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

En fait-on vraiment trop pour le patrimoine ?

Dans la foulée de l’incendie survenu à Notre-Dame de Paris dans la soirée du 15 avril, l’Etat annonçait un audit de sécurité des cathédrales dont elle a la charge, les collectivités alertaient sur les difficultés à préserver des édifices en péril non protégés et la Fondation du patrimoine surfait sur l’élan de solidarité pour lancer une collecte globale, « Plus jamais ça ».

Urgence d’agir mais avec quels moyens ?

Des initiatives qui soulignent l’urgence d’agir et de mobiliser. « L’entretien et la réparation demandent un effort continu d’investissement si l’on veut éviter des restaurations plus coûteuses », souligne Maryvonne de Saint-Pulgent, présidente du comité d’histoire au ministère de la Culture et ancienne directrice du patrimoine.

Mais jusqu’où les acteurs ont-ils encore ...

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Références

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

En fait-on vraiment trop pour le patrimoine ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement