logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/63787/cahors-stabilise-ses-comptes/

BUDGET 2011
Cahors stabilise ses comptes
Christiane Wanaverbecq | Actualité Club finances | Régions | Publié le 27/04/2011

Le chef-lieu du département du Lot a adopté, jeudi 14 avril 2011, un budget stabilisé en fonctionnement, et voté des dépenses d’investissements "réalistes".

Les élus de Cahors (21 157 hab., Lot) ont adopté jeudi 14 avril 2011 un budget primitif établi à 26,2 millions d’euros (25,9 millions d’euros en 2010) dans la section de fonctionnement, et à 11,7 millions d’euros (contre 12,7 millions d’euros en 2010) dans la section d’investissement, report 2010 compris.

Conformément aux engagements pris en 2008 d’une stabilité des taux de fiscalité, la taxe d’habitation reste maintenue à 16,55 %, ainsi que le foncier bâti à 38,23 % et le foncier non bâti (163,34 %).

Déficit du parking souterrain — Dans la partie fonctionnement, les charges à caractère général (4,9 millions d’euros) augmentent de 1 % et celles du personnel (12,2 millions d’euros) de 2,5 %. 
Quant aux charges financières, elles progressent de 6 % avec un montant inscrit de 1,6 million d’euros.
Pour combler le déficit du parking souterrain construit en 2008, la commune a inscrit dans les charges exceptionnelles une subvention prévisionnelle du budget annexe du stationnement, soit un montant de 490 500 euros.

Les recettes de fonctionnement, établies à 25,3 millions d’euros, sont globalement stables. D’une part, le produit des droits de mutation a augmenté en 2010, passant de 371 000 euros à 500 000 euros.
D’autre part, la fiscalité présente une dynamique de 3,72 % liée à l’élargissement des bases pour 1,80 % et à la variation nominale pour 2 %.

– 60 000 euros de DGF — En termes de dotations, la commune mise sur une baisse de 60 000 euros du produit de la DGF, soit 3,3 millions d’euros de produit de DGF.
Le conseil régional de Midi-Pyrénées et le conseil général du Lot maintiennent leurs participations, soit 390 000 euros inscrits dans le BP.

Soucieux de voter un budget réaliste, les élus ont choisi d’affecter le résultat de fonctionnement de 3,5 millions d’euros en 2010 sur la section d’investissement en y ajoutant un million d’euros.
Cette opération permet à la commune de maintenir le niveau de ses dépenses d’équipement sans aggraver l’encours de dette établi à 40 millions d’euros.
Stable, il n’intègre pas la dette du budget de stationnement estimée à 11 millions d’euros.

Baisse des dépenses d’équipement — Privilégiant les opérations « réalistes et réalisables », la commune a donc choisi de réduire ses dépenses d’équipement : elles passent ainsi de 9,5 millions d’euros au BP 2010 à 8 millions d’euros dans le BP 2011.
Elles seront, notamment, dédiées au programme de rénovation des crèches, des écoles, et de la voirie.

Concernant la capacité d’autofinancement, l’épargne brute (non retraitée) passe de 1,3 à 1,7 million d’euros.