Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Enfance

Réclamations en forte hausse pour la Défenseure des Enfants

Publié le 26/04/2011 • Par Hélène Delmotte • dans : Actu prévention sécurité, France

« Ni aigrie, ni déçue ». C’est ainsi que s’est présentée Dominique Versini lors de son dernier bilan annuel en qualité de Défenseure des enfants le 26 avril.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La mission sera assurée dès le 1er mai par le nouveau Défenseur des Droits. Depuis la création de l’institution en 2000, la situation de 25 500 enfants a été traitée, avec une augmentation des réclamations de 30% en 2011 (3 450).

Parmi les points négatifs, Dominique Versini a cité la pénurie d’auxiliaires de vie scolaire ou encore l’échec de la lutte contre la pauvreté.
Deux millions d’enfants vivent aujourd’hui dans des familles dont les revenus sont inférieurs au seuil minimum de pauvreté dans un contexte de manque crucial de logements sociaux et très sociaux, et de places en crèche.

Dominique Versini a également regretté le manque de soutien de l’Etat, dans l’application de la loi réformant la protection de l’enfance du 5 mars 2007 notamment, « ce qui a conduit à une augmentation des risques de placement à l’ASE d’enfants de familles en situation de précarité ».
Et de rappeler, à propos de cette même loi, qu’il a fallu « demander au Conseil d’Etat la création du fonds national de financement de la protection de l’enfance » alors que dans le même temps la loi relative à la prévention de la délinquance jouissait d’un statut beaucoup plus enviable, en termes de moyens par exemple.

Et la tendance ne parait pas prête à s’inverser à la lecture du projet de loi sur la participation des citoyens au fonctionnement de la justice pénale présenté par Michel Mercier au conseil des Ministres le 13 avril qui, selon Dominique Versini, porte atteinte aux droits fondamentaux des enfants et aux principes de la justice des mineurs. « Nous avons maintenant besoin d’un Défenseur des droits libre, compétent et courageux », a-t-elle conclu.

Références

Rapport annuel 2010, Défenseure des enfants, 26 avril 2011

1 Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Réclamations en forte hausse pour la Défenseure des Enfants

Votre e-mail ne sera pas publié

my dog!

27/04/2011 01h02

Peut être que cela coûte moins cher de mettre un enfant en prison plutôt que de le placer à l’ASE? C’est vrai que la durée de « prise en charge » n’est pas la même et cela nécessite moins de fonctionnaires… C’est dans l’air du temps, même s’il n’y a plus de place dans les prisons, ni assez de personnel médical et pénitentiaire, avec de la chance ce sera un récidiviste et on aura résolu le problème à court ou moyen terme! Trêve d’humour noir, quel désastre de supprimer des fonctionnaires indépendants qui avançaient quelques vérités sur les défaillances de notre système de protection sociale! Qui sera chargé de les dénoncer après la suppression de son poste? Apparemment, la protection de l’enfance n’est pas la priorité du gouvernement même si les signalements augmentent chaque année parce que les parents n’ont plus les moyens nécessaires d’élever leurs enfants convenablement. A la place de cela,il faut dénoncer ces mauvais parents au conseil de responsabilité parentale, leur couper leurs aides sociales, histoire qu’ils vivent encore plus dans la misère ces profiteurs fainéants!Et leur enfant s’il n’est pas trop jeune et qu’il fait des bêtises, c’est qu’il a suivi le mauvais exemple de ses parents défaillants, donc on ne peut plus rien faire pour lui, il vaut mieux qu’il aille en taule avec tous les autres délinquants de son espèces! Mauvaise graine, c’est maintenant de ta faute si tes parents sont pauvres et n’ont pas pu te donner l’éducation qu’ils rêvaient pour toi!

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement