Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Décentralisation

« Contre les irritants de la loi NOTRe, il ne suffit pas de passer de la pommade »

Publié le 10/09/2019 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : A la une, France

BOUILLON-Christophe
VALERIO VINCENZO
Le président de l’Association des petites villes de France, Christophe Bouillon hausse le ton à la veille de l’examen du projet de loi sur les maires et de la réforme de la taxe d’habitation. « On ne peut pas faire une croix sur les 26 millions d’habitants des petites villes qui assurent le backoffice des métropoles », met en garde le député PS de Seine-Maritime.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Quel est l’état d’esprit des maires des petites villes en cette rentrée ?

Lors de nos assises, les 19 et 20 septembre à Uzès (Gard), les élus ne parleront pas aux élus. Bien au contraire, des chercheurs et des chefs d’entreprise participeront à nos travaux. Vis-à-vis du gouvernement, nous ne sommes ni opposants, ni complaisants. Dans le cadre du Grand débat, nous avons été proposants. Nous avons eu droit à des déclarations d’amour. Nous attendons maintenant des preuves d’amour. Nous sommes particulièrement attachés à notre idée de fonds de solidarité territoriale. On ne peut pas faire une croix sur les 26 millions d’habitants des petites villes qui assurent le backoffice des métropoles. Ce sont eux qui font de la route pour aller travailler dans les grands centres urbains. C’est là ...

[60% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : les pièges à éviter

de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Contre les irritants de la loi NOTRe, il ne suffit pas de passer de la pommade »

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

10/09/2019 04h50

Il serait bon que, chaque fois que l’on parle de ces réformes, et en particulier la loi NOTRE, on évoque le rôle de l’Union européenne et de la Commission qui sont à l’origine de cette politique.
Dommage, dans ce nouvel article, encore une fois, aucune allusion, ni de près, ni de loin.
Ne pas parler du rôle de l’Union européenne, c’est participer à la désinformation ambiante.
Par contre, plus on parle de l’UE, moins on l’aime…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement