Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Crise sanitaire

Agir plutôt que critiquer

Publié le 18/03/2021 • Par Auteur Associé • dans :

Il serait de bon ton, un an après le début du premier confinement, de se poser en contempteur de l’action publique dans la gestion de la crise Covid, de déplorer les retards, les atermoiements, les articulations complexes et les communications hésitantes.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Par David Zurowski, DGS, et Nans Mollaret, DGA, conseil départemental de l’Allier

Il serait aisé de critiquer une vision parisienne, découplée du réel, des territoires, des urgences et de louer cette France des provinces pétrie de bon sens et de pragmatisme. Il serait facile, encore, de déplorer notre déclassement, dans un concert des nations où nous serions constamment à la remorque de pays plus réactifs que nous.

La réalité toutefois est plus subtile et nous devons, dans une période de crise majeure, savoir dépasser l’immédiateté, la caricature et l’arrogance. Nous devons surtout faire le constat que, dans ce moment si étrange où chacun avait un avis sur tout, personne n’avait de solution à rien. Quel que soit le combat, il y a toujours autant de stratégies que de lieutenants, mais il faut savoir accepter qu’un seul chef peut décider. Car finalement qu’avons-nous vu ?

Un État protecteur de ses citoyens, des plus faibles comme des plus forts, renonçant à sacrifier les plus vieux, les plus malades, sur l’autel de la croissance.

Des collectivités agiles, proches de tous leurs territoires, inventant des solidarités nouvelles et déployant en des temps records des actions bien éloignées de leurs compétences mais répondant aux urgences du moment.

Des collaborations entre pouvoirs publics, quels qu’ils soient, chacun essayant de trouver ses espaces, intervenant là où les autres ne le pouvaient pas, couvrant un spectre total des besoins, demandes et attentes.

Alors, bien sûr, cela ne fut pas simple et ne l’est toujours pas. Il y eut des ratés magnifiques, des incompréhensions majeures, des rendez-vous manqués, des dialogues difficiles… Mais, en définitive nous avons surtout vu un déploiement sans pareil de l’action publique dans toutes ses composantes, des mobilisations exemplaires et quotidiennes de femmes et d’hommes.

Gardons à l’esprit que ce qui affaiblit un seul pan de l’action publique en affaiblit tous les acteurs et renforce ceux qui travaillent à son effondrement. À l’heure du dépôt du projet de loi 4D, proposons d’inscrire dans l’arsenal de ce nouvel acte de la décentralisation, la signature de contrats synallagmatiques État-collectivités sur des domaines d’action publique réservés. Travaillons ainsi ensemble à pratiquer le bien commun plutôt que la critique stérile.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Réforme de la protection sociale complémentaire, êtes-vous prêts ?

de Rédaction de la Lettre du cadre territorial en partenariat avec la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Agir plutôt que critiquer

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement