Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Exclusif] - Environnement

Bataille politique autour des zones de non traitement aux pesticides

Publié le 06/09/2019 • Par Stéphanie Stoll • dans : A la une, actus experts technique, France

pesticides Stefan Thiesen
CC by Stefan Thiesen
Selon un document de travail que La Gazette s’est procuré, la nouvelle réglementation mise sur la concertation locale, menée par les préfets et les utilisateurs de pesticides, pour convenir des mesures de protection des riverains exposés aux épandages de pesticides. Les distances de sécurité préconisées sont de 5 ou 10 mètres alors que les maires ayant pris des arrêtés municipaux ont retenu 50 à 1000 mètres, voire la totalité du territoire communal.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’affaire des arrêtés municipaux anti-pesticides interpelle l’Etat à son plus haut niveau. Le chef de l’Etat lui-même a ainsi déclaré à Konbini soutenir le maire de Langouët dans « ses intentions » et « ses motivations ». Pour Emmanuel Macron, la solution est de changer la loi car les épandages de pesticides ont « des conséquences sur la santé publique ».

« On va aller dans le sens de ce que souhaite le maire de Langouët, avec des zones minimales entre les épandages et les habitations », confirmait Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, sur France Inter le 27 août. En effet, l’article 83 de la loi Egalim prévoit une nouvelle réglementation applicable au 1er janvier 2020, une échéance qui répond aussi à la récente décision du Conseil d’Etat annulant ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article

Sur le même sujet

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Bataille politique autour des zones de non traitement aux pesticides

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement