Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Agriculture

Maïs OGM : le recours du Gers est rejeté par la Cour européenne

Publié le 26/04/2011 • Par Euractiv.fr • dans : Actu juridique, Europe • Source : EuroActiv.fr

La Cour de Justice de l’UE a débouté le Gers de son recours visant à interdire la commercialisation de six variétés de maïs transgéniques.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le Gers a perdu une bataille contre les OGM. Le tribunal de première instance de l’UE (CJUE) a jugé le recours de ce département français irrecevable, le 11 avril. Rejoint par 14 autres régions et départements français, il s’opposait à l’autorisation de mise sur le marché de six variétés de maïs génétiquement modifiés, par la Commission européenne, en juillet 2010.
Le conseil général avait engagé un recours en annulation en octobre 2010, faisant valoir que la commercialisation de ces variétés de maïs pénaliserait les efforts du département pour promouvoir, sur son territoire, une agriculture biologique et de qualité.

Pourtant, le tribunal a jugé que les conditions nécessaires n’étaient pas réunies pour présenter un tel recours. Pour ce faire, les collectivités locales doivent être « directement et individuellement » concernées par la décision de la Commission. La Cour de justice n’aura donc pas eu à étudier le fond de l’affaire.

Individualité – Dans sa décision du 11 avril, le tribunal rappelle que le critère d’individualité s’applique « si cet acte l’atteint en raison de certaines qualités qui lui sont particulières ou d’une situation de fait qui les caractérise par rapport à toute autre personne et, de ce fait, l’individualise d’une manière analogue à celle dont le destinataire le serait ».
Mais les arguments présentés ne distinguent pas le département du Gers du reste de la France et donc, de l’intérêt général du pays. Et la défense de celui-ci relève de la compétence de l’Etat membre.

Conseil d’Etat – En effet, les autorisations de la Commission attaquées par le département français concernent la commercialisation de maïs transgénique, et non sa culture. Les efforts du département pour le soutien d’une agriculture biologique ne constituent donc pas un argument de recours.
Pour l’heure, le Conseil général du Gers envisage deux solutions. Il pourrait faire appel de la décision du tribunal européen auprès de la Cour de justice de l’Union.

Il pourrait aussi intenter un recours auprès du Conseil d’Etat qui, par sa décision du 30 décembre 2009, reconnait le Gers comme « la seule collectivité territoriale française pour laquelle la question des OGM était d’intérêt départemental ». Dans ce cas, la plus haute juridiction administrative française pourrait alors faire appel à la CJUE, afin qu’elle détermine s’il existe un conflit entre la norme européenne et la décision du Conseil d’Etat.

Références

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Maïs OGM : le recours du Gers est rejeté par la Cour européenne

Votre e-mail ne sera pas publié

my dog!

27/04/2011 01h25

Comment peut-on prétendre commercailiser de la nourriture biologique si la culture d’OGM devient la norme et infeste tous les champs cultivés? A croire qu’on crêve de faim en France et qu’on doit absolument manger OGM en quantité alors que les gens réclament de la nourriture de qualité.
Dans ce cas, pourquoi des particuliers se rapprocheraient directement des producteurs pour acheter leur viande en lot, ce n’est pas uniquement pour le prix. C’est parce qu’on ne sait plus ce qu’il y a dans nos assiettes, on doute même de l’origine des produits du marché !
Pourquoi la nourriture biologique a tant de succès en France dans ce cas ? Pourquoi doit on toujours s’aligner à nos concurrents plutôt que se démarquer de nos voisins grâce à des produits novateurs.
N’est ce pas la rareté d’un produit qui fait sa valeur ? N’est on pas réputer pour notre gastronomie et nos produits du territoire? Pourquoi vouloir toujours démanteler ce qui fait notre spécificité au nom du profit et de la productivité?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement