Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

  • Accueil
  • Club RH
  • L’indemnité de départ volontaire n’a pas convaincu

Ressources humaines

L’indemnité de départ volontaire n’a pas convaincu

Publié le 09/09/2019 • Par Séverine Cattiaux • dans : France, Toute l'actu RH

sortie-exit
AdobeStock
Après quatre années d’expérimentation du dispositif d’aide à la démission, la ville de Grenoble y a mis un terme, notamment pour des raisons financières. 24 agents démissionnaires en ont bénéficié.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

A Grenoble, 24 agents ont bénéficié de l’indemnité de départ volontaire (IDV) pour mener leur projet professionnel. La ville a ouvert cette possibilité en janvier 2015 pour l’arrêter en mai 2019. « Nous n’avons pas trop communiqué, car il s’agissait d’une expérimentation », reconnaît Pascale Fréry, directrice générale adjointe chargée des ressources humaines et du numérique.

L’ensemble des services ont toutefois bien été informés du dispositif, puisque les 24 agents démissionnaires (21 titulaires et 3 contractuels) exerçaient dans des services très variés : propreté urbaine, médecine professionnelle, direction de l’éducation et de la jeunesse, communication, protocole, espaces verts, restauration, nettoyage des locaux, conservatoire, bibliothèque, etc. Parmi eux, 17 relevaient de la ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : les pièges à éviter

de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’indemnité de départ volontaire n’a pas convaincu

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

16/09/2019 11h30

Je ne partage pas le point de vue des personnes qui se sont exprimées dans cet article.

D’une part, il ne faut pas considérer la fonction publique comme un lieu protégé et le privé (entreprise) comme un lieu à risques!
Il existe enfin une différence fondamentale entre ce qui existe actuellement et la rupture conventionnelle. Il me semble que cette dernière peut être une solution particulièrement intéressante pour des personnes en fin de carrière qui souhaitent arrêter de travailler alors qu’elles ne disposent pas du nombre de trimestres nécessaires… à la condition que le décret d’application ne remette pas en cause ce principe et que l’indemnité minimale soit au moins identique à celle qui existe dans le privé.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement